Fondée il y a dix ans, Izneo est une plateforme 100 % française qui propose 40 000 albums de bande dessinée en version numérique, accessibles par abonnement. Alors que s'ouvre le 47ème festival d'Angoulême, coup d'envoi de "l'année de la BD", focus sur cet outil qui veut attirer et fidéliser les jeunes lecteurs.

Izneo propose notamment des options de lecture adaptée aux plus petits écrans
Izneo propose notamment des options de lecture adaptée aux plus petits écrans © Radio France / Romain Dézèque

Après la musique et le cinéma, le neuvième art passe lui aussi progressivement au numérique. Parmi les outils permettant cette transition, il y a Izneo, un projet lancé il y a dix ans par les grandes maisons d'édition (Casterman, Dupuis, Dargaud, Le Lombard, Bayard...) mais qui reste méconnu du grand public.

L'idée ? Comme sur Deezer, Spotify ou Netflix, proposer un catalogue de bandes dessinées, romans graphiques, mangas, comics par abonnement, à une population qui privilégie l'écran au papier.

"Quand le numérique s'empare d'une industrie culturelle, la transformation de cette industrie peut aller très vite, il faut être prêt", explique Benoit Pollet, directeur général des éditions Dargaud. “C'est ce qui s'est passé avec la musique, avec les DVD, avec la presse. Donc la nécessité à l'époque - et c'est toujours d'actualité - c'était de dire 'créons cet outil' qui nous permettra de faire face à cette vague numérique. On aura quelque chose à proposer à nos lecteurs, à nos auteurs.”

D'autant qu'aujourd'hui, les jeunes générations délaissent peu à peu la BD des parents et que leur espace de temps libre s'est considérablement réduit, comblé par les réseaux sociaux, les séries, etc.

Benoit Pollet, DG des éditions Dargaud
Benoit Pollet, DG des éditions Dargaud © Radio France / Romain Dézèque

Adapter la BD aux écrans et à leurs usages

Izneo propose 40.000 albums parmi lesquels Astérix, Largo Winch, des mangas réputés mais aussi des webtoons, ces BD spécifiquement conçues pour s'adapter aux écrans, où il suffit de “scroller” (faire défiler l'écran) pour lire l'histoire. Le prix de l’abonnement varie en fonction des services, de 6,99 à 12,99 €.

Une offre globale qui se veut complémentaire de la BD papier, estime le PDG d'Izneo, Luc Bourcier : “Quand vous partez en vacances, c'est beaucoup plus simple de prendre votre tablette qu'une quinzaine d'albums. Et puis le prix est inférieur, pour le même budget vous lisez plus (l'abonnement est de 9.99 €/mois, ndlr). Certains estiment que c'est une forme de dévalorisation du contenu mais ce qu'on voit, nous à l'usage, c'est qu'a contrario les utilisateurs lisent davantage et découvrent davantage de genres. Plus on réussira à faire des suggestions de lecture, plus on va les garder actifs en tant que lecteur de BD. C'est un objectif intéressant mais qui n'est pas reconnu par tous les éditeurs.”

D'après le PDG, les libraires et les bibliothèques n'ont donc pas de souci à se faire. D'après ses données, seules 2% des lectures de BD se font sur version numérique en France, contre plus de 50% au Japon. Un chiffre qui pourrait évoluer rapidement en fonction des changements de mode de lecture des générations à venir. 

Aux États-Unis, le géant du comic book Marvel a lui aussi franchi le pas avec un système d’abonnement similaire depuis 2007. Pour étendre son marché et sa visibilité, Izneo, dont la FNAC est entrée au capital à hauteur de 50 %, a récemment signé un partenariat avec Canal et Orange.

À LIRE AUSSI

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.