Ne manquez pas les moments forts de Boomerang cette semaine. Augustin Trapenard recevait l'artiste plasticienne, photographe Clémentine Mélois, le chanteur Raphaël, la comédienne allemande Barbara Sukowa, la chanteuse Julie Zenatti et l'historienne, spécialiste de la Shoah Annette Wieviorka.

"La chanson c'est l'endroit de l'amour ; là où on peut exprimer un sentiment amoureux comme nul part ailleurs" - Raphaël dans Boomerang cette semaine
"La chanson c'est l'endroit de l'amour ; là où on peut exprimer un sentiment amoureux comme nul part ailleurs" - Raphaël dans Boomerang cette semaine © Getty / With love of photography

Impossible de passer à côté des plus moments des entretiens de la semaine grâce au mix de Anouk Roche : 

12 min

Le Best-of de Boomerang du vendredi 26 février 2021

Par Anouk Roche

Clémentine Mélois

La plasticienne et auteure, membre de l’Oulipo, connue pour ses détournements de classiques de la littérature revisités façon culture pop s’empare du roman-photo pour étudier le langage dans toutes ses fonctions avec la sortie de Les six fonctions du langage. Clémentine Mélois était l'invitée de Boomerang

CM : "Je ne m'habitue jamais à rien et c'est un peu fatigant des fois, mais ça donne des idées ! Je crois que ça s'appelle un déficit d'inhibition latente. 

Le réel, pour moi, est une source de grande perplexité. Je découvre tout en permanence

La période étrange fait que tout le monde ressent une étrangeté permanente, que je ressentais avant déjà, mais qui est effectivement renforcée. C'est très très étrange, mais ça m'inspire. Je pense que l'inspiration peut venir de n'importe quoi.

Je pense qu'on a plein de sources d'inspiration et de sollicitations, et qu'on peut à la fois lire des livres de philosophie et ensuite regarder Les anges de la téléréalité ou n'importe quoi d'autre car il y a plein de références qui nous viennent et j'aime bien mélanger tout ça".

🎧  Carte blanche - Clémentine Mélois a fait un clin d'œil au célèbre "Je me souviens" de Georges Perec

Annette Wieviorka

La grande historienne, spécialiste de la mémoire de la Shoah et de l'histoire des juifs au XXe siècle, vient de faire paraître Mes années chinoises (Stock) où elle replonge dans son passé de jeune militante maoïste et son séjour de deux ans en Chine dans les années 1970. Elle en a profité pour revenir sur les principes fondamentaux de l'histoire au micro d'Augustin Trapenard

AW : "Je pense avoir atteint une sorte de sérénité. Si j'étais une plante, j'espère ne pas être un cactus. J'espère être une plante à feuilles persistantes qui ne perd pas ses feuilles en hiver.

J'avais souffert de la double coupure qui était celle de l'immigration de mes grands-parents et celle de la disparition d'une partie de ma famille, notamment mon grand-père paternel qui était un écrivain de langue yiddish, à Auschwitz. J'ai eu l'idée, à l'époque, que si je retrouvais une continuité, j'irai mieux".

Les questions qu'on va poser à l'histoire, ce sont les questions qui sont dans la société et qui vont permettre d'éclairer un angle qui n'avait pas été perçu avant 

Raphaël

À l'occasion de la sortie de son tout nouvel album "Haute-Fidélité", le chanteur de "Caravane" est venu se confier sur sa vie d'artiste en ces temps de crise sanitaire et sa philosophie musicale. Raphaël était aux côtés d'Augustin Trapenard

Raphaël : "J'écris des nouvelles, je n'écris pas de romans, j'écris des petites histoires qui font 10 pages, 20 pages, même si, en ce moment, c'est un peu plus difficile parce que les possibilités d'observation sont un peu asséchées. 

J'aime bien être au café, observer, regarder la manière dont quelqu'un se caresse les cheveux. 

La chanson, c'est différent parce que je crois que c'est l'endroit de l'amour, c'est l'endroit où on peut parler du sentiment amoureux mieux que dans n'importe quel autre. En trois minutes, j'ai l'impression qu'on peut raconter autant le sentiment amoureux que dans Anna Karénine (de Léon Tolstoï), dans une belle chanson d'amour".

Il y a quelque chose quand même dans la vie où on est en exil de son enfance, un endroit où on ne pourra plus jamais revenir

🎧  Carte blanche - Raphaël chante "La nuit n'en finit plus" de Petula Clark

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Barbara Sukowa

Récompensée en 1986 à Cannes pour son interprétation de Rosa Luxembourg dans le film de Margarethe Von Trotta, elle a été nommée pour le César de la meilleure actrice pour son rôle dans "Deux" de Filippo Meneghetti. La comédienne allemande s'est confiée dans Boomerang

BS : "Oh oui, c'est très important, la voix je trouve pour un acteur, très important. Je voudrais bien avoir une voix particulière en chantant, et qu'on puisse me reconnaitre. 

On n'est pas courageux quand on n'a pas peur du tout dans la vie

Ce sont seulement les gens qui ont peur qui sont courageux. Moi, j'ai toujours peur quand je commence un nouveau rôle parce que je pense toujours que je n'y arriverai jamais".

Les femmes nous sommes très critiques avec nous-mêmes

Julie Zenatti

À l'occasion de la sortie de son 9e album "Refaire danser les fleurs" résolument pop, influencé par le style des années 70/80, la chanteuse, révélée à 16 ans notre-Dame de Paris, est venue faire parler sa passion pour la chanson au micro de Boomerang

JZ : "Vous savez, quand j'envoie des notes, ça me fait un bien fou, on est très, très proche de l'orgasme. Pour moi, chanter, c'est assez vital. Bien plus que de parler ! Et j'ai toujours voulu que ma voix soit la première chose qui transperce et qui transparaisse de moi, avant le reste.

Je pense que je voulais qu'on m'écoute plus qu'on veuille m'entende ou me regarder. Je voulais qu'on m'entende dans mon rôle de fleur de lys, j'avais un solo et, dans la mise en scène normalement, j'étais censée être tout devant avec un halo de lumière braqué sur moi et j'étais censée bouger un peu comme un papillon dans la lumière. Et je leur ai dit que je ne me sentais pas du tout à l'aise avec ça et que je ne voulais pas qu'on me voit. Du coup, un grand projecteur est tombé du plafond et j'ai chanté dans l'ombre comme ça pendant un an".

🎧  Carte blanche - Julie Zenatti reprend ”Les uns contre les autres” de la comédie musicale Starmania.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Aller plus loin

🎧  SUIVRE - Boomerang : Tous les entretiens d'Augustin Trapenard, du lundi au vendredi à 9h05

▶︎▶︎▶︎ @BoomerangInte

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.