Éric Dupond-Moretti, invité de "Par Jupiter !" ce lundi 14 mai, a échangé avec Guillaume Meurice sur la question polémique de la tauromachie. L'avocat défendait ici le droit à la corrida et le chroniqueur défendait le point de vue des anti-corridas.

Éric Dupont-Moretti et Guillaume Meurice débattent sur la question de la corrida - Par Jupiter ! 14 mai 2018
Éric Dupont-Moretti et Guillaume Meurice débattent sur la question de la corrida - Par Jupiter ! 14 mai 2018 © Radio France / France Inter

A la lettre T, j’avais choisi tauromachie. J’avais décidé de répondre à un écrivaillon vegan qui prétend que l’on ne peut pas être avocat et aimer la corrida. J’aurai sans doute évoqué le courage, la beauté, la tolérance, Picasso, le soleil, les couleurs, Hemingway sans éviter la souffrance animale. Puis l’actualité a bouleversé mon projet…

Ainsi s’ouvre à la lettre T le dictionnaire-biographie d’Éric Dupond-Moretti qui était l’invité de l’émission Par Jupiter ! ce lundi 14 mai. Alex Vizorek souhaitait faire réagir l’avocat sur cette question qui fait polémique en France. Face à lui, Guillaume Meurice a défendu le point de vue des anti-corridas. 

Si le temps ne permettait pas un débat approfondi, ils ont pu échanger sur cette question et faire valoir leurs points de vue. 

Éric Dupond-Moretti :

J’aime ce spectacle, je le défends. Et je comprends que vous ne l’aimiez pas. Je dis aussi qu’il peut-être parfois médiocre, qu’il peut-être amélioré. Mais il existe et il fait naître en moi de choses qui sont de l’ordre de l’indicible.

Dans cet échange, Guillaume Meurice posait d'abord la question du problème juridique que posait la corrida de par ses exceptions régionales dans une France "une et indivisible". Un problème qui n’en est pas un pour Eric Dupond-Moretti puisqu’il y a des exceptions culturelles et régionales, reconnues par le droit et que la corrida en fait partie, au même titre que les combats de coq dans le Nord de la France. 

Au-delà du point de vue juridique, les anti-corrida se basent sur la question de la souffrance animale pour faire interdire ce spectacle. Sur cette question, Éric Dupond-Moretti fait valoir que la souffrance animale d’un bœuf d’élevage est parfois souvent pire que celle de la mise à mort d'un taureau dans l'arène. Une argumentation par le pire pour défendre la tauromachie qui est inacceptable pour Guillaume Meurice.

Si bien sûr, en cinq minutes, la question ne pouvait être tranchée, Éric Dupond-Moretti souligne que nous vivions dans une époque singulière et un pays où tout est sujet à polémique, que les différences sont toujours l'objet de stigmatisation. Un argument qui ne convaincra probablement pas les anti-corrida et qui soulève bien d'autres questions.

Nous sommes dans une époque qui stigmatise plus les différences que ce qui nous unit et tout est sujet à polémique…  J’ai le droit d’aimer, vous avez le droit de détester et on peut se tolérer.

Retrouvez l'intégralité du débat en vidéo :

Aller plus loin

► ÉCOUTEZ | Affaires sensibles : Fabrice Drouelle revient dans son émission sur la corrida avec Elisabeth Hardouin Fugier, historienne de l’art et des mentalités.

► VIDÉO | À l’occasion d’un grand colloque organisé au Sénat, Guillaume Meurice est parti à la rencontre de ceux qui militent pour cette tradition centenaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.