L'historien Michel Pastoureau est spécialiste de la couleur. Après avoir décrypté l'histoire du bleu, du vert... ce sont les mystères du noir qui sont levés. Michel Pastoureau nous explique notamment, au micro d'Ali Rebeihi, que le noir n'est pas le contraire du blanc… Extrait d'un moment d'antenne passionnant.

Les couleurs noire et blanche sont-elles vraiment opposées ?
Les couleurs noire et blanche sont-elles vraiment opposées ? © Getty / Paul Taylor

Comme toutes les couleurs, le noir est ambivalent : il a ses bons et ses mauvais aspects. En général, on pense d'abord aux mauvais : on associe la couleur à la mort, aux ténèbres, au monde souterrain, au diable, à l'enfer, à la faute, au péché... Alors que c'est aussi la couleur de la tempérance, de l'humilité, de la dignité, de l'autorité, du luxe, de l'élégance ! Chaque couleur a ses bons aspects et ses mauvais aspects, ça s'équilibre assez bien. 

Noir : le contraire du blanc ?

Nous avons tendance à faire du noir le contraire du blanc. C'est pertinent , mais ça n'a pas toujours été comme ça : dans l'Antiquité, au Moyen-âge , le vrai contraire du blanc c'est le rouge, ça n'est pas le noir ! Donc l'histoire du noir qui nous est très familière est en fait relativement courte, même en se limitant à l'Occident...

L'allemand et l'anglais contemporains n'ont qu'un mot d'usage courant pour désigner le noir, mais dans les langues germaniques anciennes, il y en avait deux (Shakespeare emploie encore les deux au début du XVIIe siècle) : 

  • blaek (qui a survécu en anglais dans "black")
  • swart en vieil anglais (qui a survécu dans l'Allemand moderne swarz (noir terne). 

Une même racine 

Il est intéressant de savoir que "blanc" (en français), "blank" (en allemand") et "black" (en anglais) ont la même étymologie : en fait, ça veut dire brillant - brillant clair ou brillant sombre mais brillant dans tous les cas.

Dans les sociétés anciennes, et encore dans certaines sociétés d'Afrique ou d'Asie, il est plus important de savoir si la couleur est claire ou sombre, sèche ou humide, lisse ou rugueuse, que de savoir si on est dans la gamme de rouge, de vert, de bleu, des noirs... Nos paramètres actuels n'ont pas toujours été les paramètres essentiels pour définir la couleur et les problèmes de luminosité, de brillance, de clarté, et aussi de saturation, de densité, ont longtemps été plus importants que le paramètre de coloration".

Aller plus loin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.