Zizi Jeanmaire est morte ce vendredi, à l'âge de 96 ans, a annoncé sa famille. Ballerine, chanteuse et artiste de comédie musicale et de music-hall, elle est surtout connue pour son succès "Mon truc en plumes" - mais on lui doit aussi plusieurs dizaines de disques et plusieurs spectacles et revues.

Zizi Jeanmaire dans son numéro de music-hall phare, "Mon truc en plumes"
Zizi Jeanmaire dans son numéro de music-hall phare, "Mon truc en plumes" © AFP / LECOEUVRE PHOTOTHEQUE / Collection ChristopheL via AFP

On la surnommait "Les plus belles jambes du monde" : Zizi Jeanmaire s'est éteinte ce vendredi en Suisse, où elle résidait, a annoncé sa famille. Elle avait 96 ans. Née en 1924, Renée Jeanmaire (de son vrai nom) a mené, des années 50 à la fin des années 90, une riche carrière dans le music-hall, aussi bien danseuse que chanteuse. 

C'est réellement dans la danse qu'elle fait ses débuts, en entrant dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris en 1940, aux côtés de Roland Petit qui deviendra son époux et avec qui elle a travaillé régulièrement tout au long de sa carrière, malgré plusieurs périodes où la danseuse et le chorégraphe ont officié chacun de leur côté.

Ils s'étaient rencontrés enfants, raconte Roland Petit, et c'est de cette période que vient son surnom de "Zizi", comme le racontait son époux en 1999 dans une interview au Temps : "Elle ne savait pas dire son prénom. Quand elle parlait d'elle, elle disait Zizi. Tout le monde l'appelait ainsi. Ses premiers spectacles, elle les a créés sous le nom de Renée, et à Broadway on l'appelait  simplement Jean Maire. Quand, de retour en France, il a fallu lui  trouver un prénom, Zizi s'est imposé naturellement."

Successivement danseuse pour les Ballets des Champs-Elysées puis le Ballet de Monte-Carlo, elle devient en 1949 la danseuse étoile des Ballets de Paris, créés par Roland Petit,  et dont le ballet Carmen inspiré de l'opéra de Bizet devient l'oeuvre majeure, jouée partout dans le monde. Et c'est Zizi Jeanmaire qui interprète Carmen dans cette adaptation.

Dans les années 50 et 60, Zizi Jeanmaire continue à naviguer entre le théâtre (elle joue notamment La Dame de chez Maxim de Feydau au Théâtre du Palais-Royal) et le cinéma : après une expérience sur les planches de Broadway, elle est recrutée au casting de plusieurs films américains. En parallèle, elle sort plusieurs dizaines de disques, dont plusieurs collaborations avec Michel Legrand qui l'accompagne sur scène.

À partir des années 60, c'est au music-hall que Zizi Jeanmaire consacre l'essentiel de sa carrière : elle crée "Mon Truc en plumes", qui deviendra son titre incontournable, pour une revue montée en 1961 à l'Alhambra par Roland Petit. Le costume créé par Yves Saint-Laurent et les grandes plumes roses qui l'accompagnent sur ce numéro ont gravé son image et reste marqué dans les mémoires collectives. 

À partir des années 70, elle monte plusieurs spectacles, d'abord au Casino de Paris puis à Bobino, sur des chansons écrites par Serge Gainsbourg. Elle interprète notamment une nouvelle version de la chanson Elisa. 

Après une période plus calme dans les années 80, elle revient en 1994 avec une série de concerts au Zénith de Paris, toujours sur des chansons de Gainsbourg, et cette fois avec une tonalité musicale plus moderne - "Mon truc en plumes" est remisé à cette occasion. 

Atteinte de la maladie de Ménière qui lui donne des vertiges, elle fait ses adieux à la scène en 2000, à l'Opéra Bastille. Elle sort ses deux albums en 2000 et 2003, mettant en musique des textes de Raymond Queneau. Depuis, Zizi Jeanmaire avait presque disparu de la scène publique. Son mari Roland Petit est mort en 2011. Sa dernière apparition remonte à 2018, dans une conférence médicale à Genève.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.