Quand l'auteur des "Petits Ruisseaux" s'attaque à un épisode de la Seconde Guerre mondiale, c'est décalé, et... ça parle d'aujourd'hui.

Extrait de la couverture de La Déconfiture de Pascal Rabaté
Extrait de la couverture de La Déconfiture de Pascal Rabaté © Futuropolis

Des milliers de personnes sur les routes fuyant les bombardements avec leurs bagages. Des militaires hébétés, perdus… La débâcle de juin 1940 a cueilli les Français, les civils comme les militaires. Videgrain, le héros à moto de La Déconfiture, doit veiller sur ses camarades soldats morts, avant de retrouver sa compagnie. L'enseignant dans le civil est bloqué par un réservoir troué. Mais on ne sent pas un grand regret chez lui. Dans ce chaos, il croise d’autres mobilisés...

Pascal Rabaté, l’auteur des Petits Ruisseaux (paru en 2006 et adapté au cinéma par lui-même en 2010) prend les chemins de traverse pour raconter cet épisode dramatique de la Seconde Guerre mondiale. Il décrit un monde en perte de repères, où les bonnes sœurs portent des godillots militaires, où on ne prend plus le temps d’enterrer ses morts, où l’on marche avec son matelas, où se développe l’art de la débrouille… Dans La Déconfiture, les hommes sont souvent nus, comme pour mieux montrer l’état de faiblesse humaine quand l’armée et les politiques ont failli.

Pascal Rabaté s’est intéressé à cet épisode de la période 1939-1945 par ses lectures : Allons z’enfants d’Yves Gibaud,Les Carnets de guerre de Faubras, les livres de Robert Merle ; mais aussi par les films : Le Train de Pierre Granier-Deferre et Jeux interdits de René Clément. Mais c’est surtout le parallèle avec la situation actuelle qui l'a poussé à dessiner. Ce qui ne l’empêche pas de nous entraîner dans un périple historique ultravivant avec des dialogues dignes d’Audiard.

Couverture de La déconfiture
Couverture de La déconfiture © Pascal Rabaté - Futuropolis

« J’ai voulu parler de cette époque en résonance avec la nôtre »

Pascal Rabaté :

Ils sont là pour faire des lits à la pioche, pour les enterrer

Pascal Rabaté commente la page 35 :

Feuilletez quelques pages :

La Déconfiture, première partie, de Pascal Rabaté est publié chez Futuropolis

►►► Et aussi :

Cette rentrée, la BD regarde dans le rétro. Sélection de BD historiques :

Couverture de Weegee
Couverture de Weegee © Max de Radigues et Wauter Mannaert - Sarbacane

Weegee, de Max de Radigues et Wauter Mannaert, chez Sarbacane : la biographie dessinée d’un incroyable personnage : le photographe new-yorkais de faits-divers des années 1930 Arthur Fellig, surnommé Weegge. Premier sur les lieux, n’hésitant pas à trafiquer les scènes de crimes, un sacré lascar ! Alcool, filles, cigares, imper, la plongée fidèle en noir et blanc dans sa vie et l’univers de la nuit, des flics, et des journaux est vivante, passionnante et instructive.

Couverture de Wonder
Couverture de Wonder © François Begaudeau et Élodie Durand - Delcourt

Wonder, de François Bégaudeau et Elodie Durand, chez Delcourt : mai 68 à travers le parcours de Renée, ouvrière chez Wonder, avec de très jolies trouvailles graphiques.

Geronimo
Geronimo © Lisa Lugrin et Clément Xavier - Delcourt

Geronimo, de Lisa Lugrin et Xavier Clément, à paraître le 14 septembre chez Delcourt : une biographie dessinée très fouillée, riche en anecdotes, du grand guerrier apache. Avec un parallèle entre situation des Indiens aux États-Unis et le sort des Roms en Europe aujourd’hui, qui ne peut laisser indifférent.

Couverture de Nuit noire sur Brest
Couverture de Nuit noire sur Brest © Damien Cuvillier, Bertrand Galic et Kris - Futuropolis

Nuit noire sur Brest, de Damien Cuvillier, Kris, Bertrand Galic et Patrick Gourlay, à paraître le 15 septembre chez Futuropolis : un jour de 1937, un sous-marin espagnol fait surface en rade de Brest ! Entre récit d’espionnage et histoire politique, une BD trépidante, basée sur un épisode incroyable, mais authentique de la Guerre d'Espagne.

►►► Et AUSSI : d'autres BD pour la rentrée