Après trois éditions attachées au répertoire de compagnies, l’édition spéciale 2013 de La Folle Histoire des Arts de la Rue, imaginée par Karwan, avec le soutien du Conseil général des Bouches-du-Rhône et la coproduction de Marseille-Provence 2013, arpente un territoire de six villes dont Marseille où des compagnies locales se partagent la scène avec des artistes d’Europe et de Méditerranée.

De ville en ville, La Folle Histoire 2013 dresse ainsi son panorama de l’actualité des arts de la rue à travers une cinquantaine de représentations , pour la plupart des créations in situ ou des premières.

Anne Guiot, directrice de Karwan présente l'édition 2013 de la Folle Histoire.

L’édition spéciale de La Folle Histoire des Arts de la Rue invite à voyager depuis Marseille, les week-ends, vers des villes du département, en semaine. Le public part à la rencontre des compagnies locales associées à la première édition de la manifestation en 2008 (Agence Tartar(e), Artonik, Générik Vapeur, ilotopie, No Tunes International) et de compagnies d’Europe et de Méditerranée (Grèce, Finlande, Royaume-Uni, Suisse, Tunisie, Algérie, Liban, Palestine, Egypte...).

Et puisque la folie peut être capitale, la manifestation commence par l’installation poétique et inaugurale “Le Vieux-Port entre flammes et flots” par la Compagnie Carabosse et se termine autour del’édition spéciale 2013 de Dream City, biennale d’art contemporain en espace public , sans compter une soirée au coeur de La Cité des Arts de la Rue transformée en base arrière festive et créative.

Les différentes façons d’investir l’espace public seront représentées :écritures sur mesure (Compagnie Motionhouse ; Compagnie Les Batteurs de Pavés...) ;duo inouï (Gari Grèu/Tartar(e)) ; déambulation (Compagnie Artonik...), parcours urbain (Compagnie Thé à la Rue...), dansecontemporaine (Ballet National de Marseille, Compagnie Pernette), sorties de résidence (Compagnie Eekuipoiz) et spectacles de répertoire de compagnie (Dance Theatre Minimi).Avec en fil rouge, très rouge, imposant, unique, traduit en français, anglais et arabe, le Porte-Folie : Camion-expo des Arts de la Rue en Europe et en Méditerranée, ambassadeur du voyage, à visiter librement. C'est une production KARWAN, batisseur de projets culturels terrtoriaux, arts de la rue & art du cirque.

Quelques créations

En ouverture du festival, “Le Vieux-Port entre flammes et flots” par la compagnie CARABOSSE les 3 et 4 mai au vieux port pour une balade en continu de 230h30 à 23h30. Le nouvel aménagement du Vieux-Port est conçu pour intensifier le goût de la promenade, de l’invitation au voyage à partir des bateaux amarrés et de la douceur de vivre. Il fait la part belle à la piétonisation et libère les quais des obstacles qui faisaient barrière au dialogue entre la terre, la mer et les mâts.“Le Vieux-Port entre flammes et flots” est un projet conçu par la compagnie Carabosse à l’initiative de Karwan pour célébrer ce changement de décor et sonner l’ouverture de La Folle Histoire des Arts de la Rue, édition spéciale 2013 : Europe et Méditerranée .L’installation de Carabosse s’emparera de tout le Vieux-Port. La compagnie est célèbre dans le monde entier pour la poésie de ses embrasements qui, au contraire des feux d’artifice, magnifient les lieux à la bougie ou par des flammes douces et dansantes (pots de feu), et non par des gerbes tombées du ciel.

Il importe que le spectateur soit immergé dans le vacillement des flammes auxquelles font écho l’imperceptible balancement des mâts et des reflets sur l’eau, le tout bercé par des univers sonores joués en live. Ce projet inédit consiste à traiter le Vieux-Port comme une place publique dont les piétons pourront exceptionnellement faire le tour grâce à l’installation d’un quai transbordeur en lieu et place du fameux pont transbordeur qui habite encore la mémoire de nombreux marseillais. La pertinence de ce projet tient dans sa capacité à faire lien entre le passé (l’ancien pont Transbordeur) et le futur (le nouvel aménagement en plusieurs phases du Vieux-Port) ; entre son impact médiatique (la photo recherchée depuis le ciel, la terre ou la mer pour faire événement) et sa quotidienneté méditerranéenne (se promener sur le Vieux-Port et profiter de la beauté du site).Cette installation de feu, fruit d’une écriture spécifique, propose au public de s’immerger dans le site de référence de Marseille entre coutume et merveilleux, entre risque et sérénité, entre flammes et flots.

“Traction” MOTIONHOUSE, Ballet de tractopelles - les 10 et 11 mai, plage du Prado Nord de 15h à 21h30. Rendez-vous sur la plage Prado Nord, ne vous attendez pas à y voir seaux, rateaux et pelles habituels mais un ballet de tractopelles… Sublime ! Ce spectacle unique en son genre, “Traction”, réunit danseurs-acrobates et engins de génie civil dans une performance dansée mobile et poétique. Une étonnante chorégraphie qui lie la force très vulnérable de l’humain à la tendresse peu probable des machines.La compagnie anglaise Motionhouse jouera pour la première fois en France ce spectacle qui lui demande une ré-écriture spécifique pour cet espace de représentation atypique qu’est la plage et le bord de mer…

“Sport Fiction” BALLET NATIONAL DE MARSEILLE crétion - les 10 et 11 mai à 21h30, Square Narvik - Esplanade Saint-Charles. Avec leur nouvelle création “Sport Fiction”, le Ballet National de Marseille, sous la direction de Frédéric Flamand, interroge, de manière inattendue, les rapports Sport/Danse/Image. La gestuelle des sportifs, leur fluidité, se rapprochent souvent des mouvements chorégraphiques. “Sport Fiction” nous entraîne avec humour dans la convivialité du sport, ses débordements, la passion partagée avec la danse, la recherche de l’épanouissement personnel pour nous plonger dans une culture médiatique pop de plus en plus imprégnée par la publicité. Cette création souligne les nouvelles esthétiques du corps : les rituels, les codes vestimentaires, le rêve de dépassement de soi, la performance, la compétition, dans une vision du monde qui stimule certains comportements : jeunesse – beauté – vitalité.Brouiller ces codes dans un spectacle grand public, hybride, décalé apportera une réflexion festive, un autre regard sur les rapports entre danse et sport.

affiche moteur
affiche moteur © Radio France

“Moteurs ! à La Cité des Arts de la Rue” le 17 mai de 21h30 à 2h à la Cité des Arts de la rue, 225 avenue des Aygalades. La Cité des Arts de la Rue est construite et toutes les structures qui devaient s’y installer y sont désormais. Il n’y a plus qu’à… Moteurs !Rouages aguerris, belles de métal, cantiques des mécaniques, vrombissements lyriques, concentré de “bleues”, systémiques aériennes, stations-services historiques, ciné-mob, bécanes acrobatiques… Des habitants de La Cité des Arts de la Rue - Gardens, La FAI-AR, Générik Vapeur, Lézarap’art et Sud Side-ateliers spectaculaires en capitaine de soirée – se réunissent à l’initiative de Karwan pour ensemble mettre les gaz… L’ensemble de cette soirée est rendue possible grâce à l’ApCAR (Association pour la Cité des Arts de la Rue), et le soutien d’entreprises complices de longue date au sein de la zone d’activités Arnavant.

Dream City 2013 - Voyage à l’Estaque - 3 parcours d’art contemporain en espace public le 18 et 19 mai de 12h à 18h à l'Estaque. Dream City 2013 - Voyage à l’Estaque est une adaptation spéciale réalisée par Selma et Sofiane Ouissi, créateurs de la manifestation Dream City en Tunisie depuis 2007.Karwan a grand plaisir à les accueillir car nous souhaitons pour 2013 nous autoriser à inverser le processus d’exportations de manifestations françaises à l’étranger (Nuits blanches, Fête de la Musique, etc.) et intégrer à part entière cette manifestation tunisienne dans le programme de La Folle Histoire des Arts de la Rue. L’équipe de Dream City propose donc trois parcours artistiques composés et imaginés en étroite complicité avec deux auteurs d’espace, experts et interprètes de l’héritage invisible de l’Estaque, et les services de la Mairie des 15-16ème arrondissements en lien avec les habitants, les commerçants, les écoles et les structures associatives.Durant deux jours, plan de l’Estaque en main, parcourez les rues, pénétrez des espaces insoupçonnés et découvrez, en passant d’espace public en espace privé, une vingtaine de créations : installations, performances, projections, compositions sonores ou musicales d’artistes du pourtour méditerranéen : Tunisie, Egypte, Grèce, Palestine, Liban, Algérie, Marseille... Aux détours des rues de l’Estaque, laissez résonner en vous l’écho des voix et des interrogations des artistes de l’autre rive portées au travers de leurs oeuvres.

affiche mousquetaires
affiche mousquetaires © Radio France

“Les 3 Mousquetaires” LES BATTEURS DE PAVES - Théâtre de rue les 8 et 9 mai à partir de 15h à l'angle de la rue Bourbon et de l'avenue du Château. La compagnie suisse Les Batteurs de Pavés doit sa notoriété à son talent à réinterpréter des textes classiques version théâtre de rue. Après leur fameuse interprétation de “Cyrano de Bergerac” de Rostand, comment ne pas avoir envie de s’attaquer au chef d’oeuvre du roman de cap et d’épée “Les 3 Mousquetaires” d’Alexandre Dumas ? Le succès des aventures de D’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis fut tel que Dumas écrivit deux suites à ce premier opus et que de nombreuses adaptations ont été faites depuis (cinéma, série, dessin animé, etc.). Le défi passionnant des Batteurs de Pavés est de réadapter les 67 chapitres de l’oeuvre, de surprendre le public avec des scènes moins connues et d’approndir les thèmes abordés par les écrits : les rapports entre le politique et l’humain, les luttes de pouvoir, la position d’un homme ou d’un groupe face à la société…

“La Faim des Apôtres” - création ILOTOPIE le 15 mai à 20h au Square à l’angle de la rue Henri Leroy et de l’avenue du Port à Port Saint-Louis du Rhône. Chaque jour nous mangeons sur le dos des autres et le savoir est peut-être déjà un fortifiant (l’anorexie comme conscience ?). Mange-t-on ce que l’on aime et ceux qu’on aime ? Dévore-t-on ce que l’on aime ? Le cannibalisme s’est déplacé et nous n’avons pas fini la planète. La faim perdure et l’élimination de tous les apôtres n’est pas terminée.Douze acteurs défilent très lentement, vêtus de victuailles, offrant aux passants une sorte de menu vivant. Les spectateurs vont devenir doucement les invités d’une scène gustative qui évoque la consommation, la satiété, la malnutrition. Les convives vont passer d’un acteur à l’autre, happant au passage une partie de leurs repas, pièce détachée d’homme, morceau séparé, ingrédient parfois arraché, échantillon cédé, hors d’oeuvre et amuses-gueules, corps à corps apéritif.Une faim sans fin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.