Les Radiodays Europe se déroulent du 19 au 21 mars à Amsterdam. C'est le plus grand rassemblement de professionnels de la radio.

Quel avenir pour le podcast ?
Quel avenir pour le podcast ? © Pixabay

Ils s’interrogent sur ce que sera la radio demain. Le thème est intitulé comme tel : "A sound future".

Qu’est-ce que la radio désormais ? De la vidéo montrant des gens derrière un micro, des émissions en réécoute, ou des podcasts / programmes sonores qui n’existent qu’en ligne ?

C’est tout cela à la fois. C'est tant mieux pour nos oreilles ! Ce n’est pas la libération des ondes, c’est un revival du son tous azimuts.

La réécoute des radios traditionnelles

Ne boudons pas notre plaisir et parlons de Radio France. 50 millions d’écoutes de podcasts par mois pour l’ensemble du groupe, une très grosse moitié pour France Inter.

L’an dernier dans le monde entier, on a écouté 15 milliards de podcasts.

Radio France représenterait donc 4% de l’écoute mondiale en balado-diffusion.

Une donnée non négligeable en regard de l’engouement des chaînes de radio pour la vidéo. « Si ton émission n’est pas aussi sur Youtube et Dailymotion elle n’existe pas » et « Si t’es pas en live sur Facebook t’es mort » pourraient résumer les mantras du moment dans l’univers radiophonique.

Mais en même temps que cette fascination pour la vidéo destinée à capter les jeunes internautes, le podcast se fait une place partout là où on ne l’attendait pas forcément.

La preuve que le podcast est florissant c’est qu’il est désormais ouvert à la publicité (y compris sur ceux de Radio France).

L'audience numérique de France Inter - Direction du marketing et du développement de Radio France
L'audience numérique de France Inter - Direction du marketing et du développement de Radio France © Radio France / Etudes et prospective Vincent Merrien 3774

Le son par ceux dont ce n'était pas le métier

L'internet est tout simplement en train de redécouvrir les métiers de la radio et du son. Bienvenue.

On trouve de tout dans les podcasts, du bla bla amateur ou des émissions très sophistiquées.

Des plateformes de presse comme Slate ou New York Times par exemple, proposent désormais une offre de podcasts variée. Les audiences pour Slate.fr se comptent en quelques dizaines de milliers d'auditeurs.

Même La lettre pro de la radio, qui ne s’adresse qu’à des professionnels, tous les vendredi matins, sort 2 min d’info délivrée en podcast.

Des offres de programmes-podcast voient le jour comme Binge Audio ou Boxsons, produites par deux anciens de Radio France, Joël Ronez d’un côté et de l’autre Pascale Clark.

Pourquoi est ce que cela marche, alors qu'on aurait presque cru que la radio était un média ringard ?

Pour Laurent Frisch, directeur du numérique à Radio France, c'est l'arrivée du smartphone entre nos mains qui change tout. "Avec le smartphone on peut à la fois écouter et faire autre chose, alors que ce n'est pas le cas avec la vidéo ou la lecture de texte".

C'est exactement ce que l'on entendait sans cesse du temps du "poste" de radio. Mais la différence c'est que le podcast , s'enregistre facilement, y compris avec un simple smartphone, se diffuse sans peine sur des plateformes gratuites, et sur les réseaux sociaux. Podcast veut dire aussi intimité et communauté d'auditeurs.... et là le web ne peut pas passer à côté.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.