Quand on passe dans sa rue, elle est assise et nous regarde encore, Duras. Grâce au tag mystérieux de Miss.tic qui déambule depuis 1985 au gré de ses fantasmes et de sa mémoire affective dans les rues de Paris (tiens, voilà une artiste à suivre dans son atelier, la rue), l'auteur de l'Amant s'affiche sur un mur juste en face de son appartement parisien du 5, rue Saint-Benoît.

la reine
la reine © RF / VJ

Duras, incontournable donc, à Saint-Germain des Près, à l'heure où tous les éditeurs du quartier s'affairent en cette énième rentrée littéraire. On sourit en pensant au slogan le plus durassien de la romancière qui n'hésitait pas à affirmer, avec le plus grand sérieux: "Morte, je peux encore écrire..."

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.