Philippe Tesson et le Poche
Philippe Tesson et le Poche © Radio France / Stéphane Capron

Après un an de travaux et une nouvelle direction, le Poche Montparnasse s’ouvre pour une nouvelle aventure. Racheté par le journaliste Philippe Tesson, la direction est confiée à sa fille Stéphanie et à Charlotte Rondelez , toutes deux metteuses en scène.

Le théâtre accueillera tous les soirs dans ses deux salles, quatre spectacles. Le foyer du théâtre a été agrandi pour donner de l’aise au public qui pourra se restaurer. Ce théâtre « doit être un lieu de fusion » pour Philippe Tesson qui souhaite « se faire rencontrer toutes les familles du théâtre ».

Pour mener à bien les travaux, l’équipe du Poche a obtenu de l’argent de la Ville de Paris et du Ministère de la Culture et de la Communication à hauteur de 300.000 euros.

La "grande salle" de 124 places accueille à partir du 15 janvier 2013 "Le Mal court " de Jacques Audiberti dans une mise en scène de Stéphanie Tesson. C’est un pièce mythique pour le lieu car elle y avait été présentée en 1947 avec Suzanne Flon. Dans la « salle du bas » de 90 places le public pourra redécouvrir vingt-cinq après sa création "Inventaires " de Philippe Minyana avec les trois mêmes comédiennes: Florence Giorgetti, Judith Magre et Edith Scob. Ainsi que "To be Hamlet or not to be " mis en scène par Charlotte Rondelez .

En ces temps de crise, ouvrir une théâtre est un sacré pari pour Stéphanie Tesson.

Stéphanie Tesson et Charlotte Rondelez souhaitent faire "tomber les murs" entre théâtre privé et subventionné, avec une programmation éclectique alternant pièces, monologues, spectacles musicaux ou destinés à un public familial ("La Gloire de mon père" fin janvier) ou au jeune public ("Les contes d'Ionesco" en mars), avec une politique tarifaire mesurée puisque le prix des places varie de 10 à 35 euros.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.