Le département des Hauts-de-Seine a levé le voile mercredi sur la nouvelle salle de concert qui ouvrira début 2017 sur l'ile Seguin, à Boulogne-Billancourt.

La Seine Musicale sera installée sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt
La Seine Musicale sera installée sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt © AFP / Patrick Kovarik

Une coque extérieure en bois d'épicéa tressé, une voile qui suivra les mouvements du soleil et de grands espaces piétons à l'intérieur comme à l'extérieur : ce sont les grands aspects du bâtiment conçu par les architectes Jean de Gatines et Shigeru Ban qui abritera, en avril 2017, deux salles de concert. Nom de ce nouveau lieu : La Seine Musicale. Un projet situé sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt, et porté par le conseil départemental des Hauts-de-Seine, dont le président Patrick Devedjian a présenté ce mercredi ce que sera ce nouveau lieu.

Les porteurs du projet promettent une programmation très éclectique : "Un jour un concert rock et le lendemain un quatuor de Mozart", défend Jean-Luc Choplin qui s'apprête à quitter la direction du Châtelet pour s'occuper de ce nouveau lieu. Le premier poids lourd à l'affiche de cette salle, ce sera la comédie musicale "West Side Story". Mais avec cette nouvelle salle, l'offre musicale à Paris et aux alentours ne risque-t-elle pas la saturation ? Nous avons pesé le pour et le contre.

CARTE - Les principales salles de concert moyennes à Paris

Oui, c'est une salle de trop

  1. En trois ans, c'est la troisième salle de taille moyenne et dédiée (au moins partiellement) à la musique classique qui ouvre à Paris et alentours, après la Philharmonie de Paris d'une part, et l'auditorium de la Maison de la radio d'autre part. Et ces derniers ont trouvé leur public : en un an d'ouverture, la Philharmonie, situé dans le nord-est de Paris, à l'extrême opposé de la Seine Musicale, a accueilli 1,2 million de spectateurs.
  2. Plusieurs salles "anciennes" de Paris ont déjà pâti de l'installation des nouvelles salles : le Théâtre des Champs-Elysées a perdu la résidence de l'Orchestre national de France, parti à la maison de la radio. Et la Salle Pleyel, dont la concession a été attribuée à un opérateur privé, a dû abandonner la musique classique pour changer de positionnement.

Non, ce n'est pas une salle de trop

  1. La première salle en dehors de Paris : La Seine Musicale ne se situe pas à Paris, et pourrait attirer les habitants des villes de la petite couronne parisienne, et même au-delà, pour qui se rendre à Paris le soir après le travail peut être difficile. La salle est desservie autant par le métro que par les grands axes routiers de l'ouest francilien.
  2. La promesse de l'éclectisme : Si elle est tenue, ce sera le grand point fort du lieu : réunir au même endroit des concerts classique et une programmation plus populaire. La célèbre comédie musicale de Broadway "West Side Story" sera l'un des premiers grands spectacles à l'affiche, et le lieu accueillera aussi un festival dédié à la musique réunionnaise.
  3. Des formations en résidence : Comme la Philharmonie avec l'Orchestre de Paris et la Maison de la radio avec les formations musicales de Radio France, la Seine Musicale aura un orchestre en résidence, qui assurera une partie de la programmation classique. Il s'agit de l'orchestre Insula Orchestra, fondé en 2012 et qui a tourné en France et en Europe. Elle accueillera aussi la Maîtrise des Hauts-de-Seine, ainsi que l'orchestre Demos, qui forme des enfants à la pratique orchestrale.

►►►"Pour la Seine Musicale, il va falloir jouer serré" : les explications de Stéphane Capron

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.