Jean Rolin publie "Un chien mort après lui". L'écrivain voyageur s'est rendu dans plusieurs villes, bourgs, villages du monde à la recherche des chiens errants. Longues descriptions souvent très ennuyeuses, mais la démarche et le sujet sont atypiques. Rolin fait du chien errant le marginal, l'exclu de la société, et peut-être, la métaphore de l'écrivain? Le livre est paru chez POL.

S. lavoué
S. lavoué © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.