A l'affiche du film "Passion Simple", réalisé par Danielle Arbid, la comédienne était l'invitée d'Augustin Trapenard. Pour sa carte blanche, elle a lu un extrait de "Manières d’être vivant" de Baptiste Morizot, un hommage aux poètes, et un rappel de nos origines marines.

Nous sommes issus des océans
Nous sommes issus des océans © Getty / Justin Lewis

Laetitia Dosch : "Il existe une métaphore en biologie, selon laquelle la sixième extinction revient à brûler la bibliothèque de l'Evolution. Chaque population ou espèce est alors considérée comme une mémoire, un livre : un ensemble de trésors incorporés dans des organes, sédimenté pendant des millions d‘années. Les arts éthologiques immémoriaux que chaque espèce a mis en place pour inventer dans des environnements mouvants, brûlés. Le secret de l‘art de voler écrit dans chaque cellule d‘oiseau, chaque papillon, brulé.

Celui de respirer sanctuarisé dans chaque animal, celui de dévorer le soleil replié dans chaque chloroplaste, celui de digérer de la cellulose grâce à des bactéries chez les herbivores ; Brulés ;

Celui de synthétiser des opioïdes contre sa propre douleur, celui de penser, celui de s ‘attacher à ses petits mammifères, à des proches, à des amis… Tous ces secrets encapsulés pour partie dans chaque cellule, partis en fumée.

Mais la sixième extinction ne revient pas seulement à bruler tous les ouvrages du passé, elle revient à brûler avec eux les poètes. Les poètes à venir. 

Des formes de vie qui seront des merveilles, même d’un point de vue humaniste, des espèces plus respectueuses des autres et de leur monde, que nous ne sommes encore parvenus à le devenir.

Nous sommes issus de poètes

Nous avons besoin de manger du sel tout les jours pour maintenir notre équilibre métabolique. Nous pouvons nous maintenir sur terre seulement parce que notre corps contient une énorme quantité d‘eau salée ; Mais d‘ou vient ce besoin ? 

C‘est un héritage secret de ces quelques milliards d‘années ou nos ancêtres ont vécu dans les mers. 

Nous avons été faits dans la mer, par la mer. Manger du sel, alors, c‘est reconstituer en soi l’origine, la part d‘océan emportée avec nous en sortant des eaux. Il faudrait se souvenir de l ‘océan chaque fois qu’on sale. J‘étais éponge, bactérie, braise parmi les braises. Je lève mon verre, enfin, aux promesses du vivant."