Voilà nous y sommes, l'exposition Bertrand Lavier est ouverte au Centre Pompidou à Paris. "Lavier, depuis 1969", c'est son nom, montre la cohérence du travail d'un artiste depuis 1969. Avec humour et sérieux.

Bertrand Lavier, quel artiste suis-je?

Bertrand Lavier et sa Giullietta
Bertrand Lavier et sa Giullietta © Arnaud Delubac

Bertrand Lavier, qui n'est pas un débutant, qui se réclame du Nouveau Réalisme parfois, se positionne en marge de l'art contemporain. Il a beau être un artiste du moment, depuis 1969, il ne veut pas être un artiste contemporain. Il préfère être à l'avant-garde. Ce terme concerne aujourd'hui les mouvements artistiques des années 50 et 60, mais pourquoi pas le réactiver? Qu'est-ce donc que d'être d'avant-garde aujourd'hui? Je pense qu'en manipulant les notions esthétiques (qu'est ce qu'une peinture de paysage? le cadrage fait-il l'oeuvre? qu'est ce qu'un socle? ) il est un artiste de l'incertitude. Il dérange, déséquilibre, les codes utilisés dans le monde de l'art jusque dans les années 60-70.

L'art contemporain, il l'a dit sur ce blog, est un attrape-marché, raison pour laquelle il est décrédibilisé;le marché de l'art n'est pas selon lui "l'arbitre des élégances" (les prix montent sur tout et n'importe quoi) pas plus que le nombre de visiteurs dans les expositions. Le Centre Beaubourg fera les comptes le 7 janvier, pour nous annoncer un nombre de visiteurs record (ou pas) sur sa propre exposition.

Bertrand Lavier

Bertrand Lavier a choisi comme titre "Bertrand Lavier, depuis 1969". Pour autant ceci n'est pas une rétrospective.

Bertrand Lavier

L'exposition est organisée par thèmes, comme les mots et les choses, les impressions d'Afrique ou les Walt Disney Productions.Des premières oeuvres de Bertrand Lavier en référence au travail des artistes conceptuels et au mouvement Art & Language, où il montre que les mots et les choses ne sont pas interchangeables, à ces dernières tentatives de faire déraper l'art du paysage, quelques explications par l'artiste ou par le commissaire de l'exposition Michel Gauthier.

Les mots et les choses

Michel Gauthier, commissaire de l'exposition

target="_blank" href="http://admin.franceinter.fr/#"> ![Lecture](http://admin.franceinter.fr/sites/all/themes/fi_player_theme/img/spacer.png)
Bertrand Lavier, sans titre 2012 (une oeuvre de Calder sur un radiateur Calder
Bertrand Lavier, sans titre 2012 (une oeuvre de Calder sur un radiateur Calder © Arnaud Delubac
Bertrand Lavier, Mandarine (deux couches de peinture du même nom, de deux fabriquants différents)
Bertrand Lavier, Mandarine (deux couches de peinture du même nom, de deux fabriquants différents) © DR
### Après le ready made : la forme, l'émotion Bertrand Lavier utilise les objets que l'on a à portée de mains ou dans notre environnement immédiat. Appareil photo, réfrigérateur, souffleur de feuilles mortes, panneaux autoroutiers, raison pour laquelle **on le rapproche de Marcel Duchamp et de sa pratique du ready made** . Mais Bertrand Lavier, en ayant l'air de ne pas trop toucher aux objets, est beaucoup plus interventionniste. _Michel Gauthier_
Exposition Lavier
Exposition Lavier © Arnaud Delubac
### Bertrand Lavier sur ce blog [2012, année Lavier> ](http://www.franceinter.fr/blog-le-blog-de-christine-simeone-2012-annee-lavier-0) [Prime à la casse: les voitures font de l'art> ](http://www.franceinter.fr/blog-le-blog-de-christine-simeone-prime-a-la-casse-les-voitures-font-de-l-art) [Bertrand Lavier, la marque de l'artiste> ](http://www.franceinter.fr/blog-le-blog-de-christine-simeone-bertrand-lavier-la-marque-de-l-artiste) [Le jour où Husqvarna embrassa Art déco> ](http://www.franceinter.fr/blog-le-blog-de-christine-simeone-le-jour-ou-husqvarna-embrassa-art-deco) ### L'exposition [Bertrand Lavier, depuis 1969, Centre Pompidou à partir du 26/09/12](http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/AllExpositions/6AE8BFC3FC90454DC1257A0F0043C782?OpenDocument&sessionM=2.2.2&L=1)>
blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.