BD à bastia
BD à bastia © Radio France

Pour sa 23e année, le festival BD à Bastia propose 18 expositions, des ateliers, visites guidées, et rencontres avec les auteurs. De Benjamin Bachelier à Claire Zucchelli-Romer en passant par Pénélope Bagieu, Charles Burns, Marion Bataille, Ralph Meyer, Frederik Peeters ou Craig Thompson. Le festival se déroule du 31 mars au 3 avril.

Edmond Baudouin dialogue avec Craig Thompson

Baudouin1
Baudouin1 © Radio France / Vincent Josse

C'est lui, l'auteur de l'affiche de ce 23e festival, et il arrive à Bastia avec des tas de projets sous le bras.

Avec le mathématicienCédric Villani , il prépare un livre d’anticipation. Le pitch : les humains, en désespoir de cause, envoient sur une planète lointaine des messages qui vont permettre l'éclosion d'un peuple de robots. Les hommes ont fait ces robots à leur image, mais pas pour ce qui est de la sensibilité ni l’humanité. Finalement tout se passe comme si les robots se retrouvent seuls dans l'univers. Persuadés que les hommes sont leurs dieux. Mais voilà que des robots vont découvrir des chansons françaises des années 80. Ils vont même se construire des oreilles, et ils vont découvrir l’humanité grâce à cette musique et cela va mettre la pagaille dans cette belle organisation.

Deuxième projet d'envergure pour Edmond Baudouin, c'est sa collaboration avec Craig Thomson . Un livre à quatre mains, où ils évoquent tous les deux leur situation particulière. Tous deux ont eu un frère, et tous deux sont celui de la fratrie qui a persévéré sur le chemin artistique avec succès.

On se parle par page interposées, on voyage ensemble, on s’échange les pages. On est obligés d’aller au bout de nos questionnements. On meurt sans avoir les réponses mais ce n’est pas grave, l’important c’est de marcher dans la vie.

Par ailleurs, Edmond Baudouin écrit tout seul cette fois, sur ce que c’est que de devenir vieux.

J’écris les sensations, dans une file d’attente avant d'aller voir un film et de voir des jeunes qui se tiennent la main, je reçois des chocs comme ça, car l’évidence c'est que bientôt je ne serai plus dans la file d’attente, ce n’est pas triste… c’est la vie.

Et puis il chante aussi, mais oui :

Douze chansons que j’ai écrites et que je chante. C’est Miquéu Montanaro qui a fait la composition musicale. ll m’accompagne avec des flûtes et un accordéon, en compagnie de Fabien Mornet pour les arrangements et une guitare, un banjo un panduri, de Maya Krakatau au piano et Nicola Chelly à la basse. Nous n’avons pas encore décidé le titre. Mais le CD sera naturellement accompagné d’un livre et sortira aux Editions Loeuf en avril .

Pénélope Bagieu dans les coulisses de l'Amérique

California dreamin' - page 77
California dreamin' - page 77 © Gallimard BD / Penélope Bagieu

Elles s'appellent Marion Bataille, Claire Zuchelli-Romer, Rita Scaglio, Marine Rivoal, Marion Duclos, Marion Festraëts, Bernadette Gervais, Anouck Boisrobert et Pénélope Bagieu . Une exposition est consacrée à cette dernière pour évoquer California Dreamin, sa dernière bd. Elle y raconte le parcours de Cass Eliott, et du groupe folk pop de la fin des années 60 créateur de la chanson California dreamin , ou Monday monday .

La bande dessinée, par rapport à un texte seul, m’apporte du silence. On peut faire passer beaucoup plus d’émotions, par des jeux de regards, des scènes muettes…

Le western sifflera trois fois

Couv de L'homme qui tua Lucky Luke
Couv de L'homme qui tua Lucky Luke © Dargaud / Matthieu Bonhomme

"Western for ever" au festival BD à Bastia est le titre de l'exposition phare de BD à Bastia cette année. Bachelier, Boucq, Peeters, Bonhomme dégainent et prouvent que la BD fait ce qu'elle veut du western.

Avec Matthieu Bonhomme fini de rigoler, il a tenu à revenir aux fondamentaux du western pour son Lucky Luke et en plus ça commence mal. Il sort pile le 1er avril, L'homme qui tua Lucky Luke chez Dargaud. Première page,Lucky Luke est mort, les suivantes racontent ce qu'il s'est passé avant qu'un braillard ne se vante d'avoir tué le cowboy solitaire.

Toutes les façons de s'emparer du western on les retrouvera ce week end au festival de Bastia, avec Matthieu Bonhomme mais aussi François Boucq qui donne vie au western shakespearien Bouncer , le héros manchot, ou Frederik Peeters qui fait dans le western perverti avec la sortie ces jours ci de L'Odeur des garçons affamés . Comme quoi avec le western tout est possible.

Tous les détails sur le festival et son programme >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.