La saison 3 du Bureau des Légendes, série française d'espionnage qui met en scène les hommes et les femmes de la DGSE revient à l'écran ce lundi.

 La saison 3 du Bureau des Légendes est diffusée à partir de ce lundi sur Canal +
La saison 3 du Bureau des Légendes est diffusée à partir de ce lundi sur Canal + © Capture d'écran bande annonce officielle

C'est l'une des meilleures séries télé du moment, tant son scénario est léché et ses acteurs bien castés. Le Bureau des Légendes est de retour ce lundi sur Canal + pour une troisième saison où le spectateur est plongé dans les arcanes de l'abyssale Direction générale de la sécurité extérieure, la DGSE.

On y avait laissé Mathieu Kassovitz, alias Guillaume Debailly, alias Paul Lefebvre, alias Malotru en pyjama orange sur une vidéos, aux mains du groupe État islamique. Cette fois-ci, on se réveille avec lui, enfermé dans une caisse en bois. Un début en suffocation, à l'image d'une troisième saison sous haute tension. Tension garantie pour le spectateur qui se retrouve au cœur du mal contemporain. Plus de manipulation, plus d'incertitudes, plus de violence aussi.

Et pour son showrunner, son auteur-producteur, Eric Rochant, c'est maintenant que la série commence pour de vrai : "On commence vraiment à approfondir des personnages qui existent et c'est à son moment que la série prend son ampleur, son autonomie par rapport au cinéma et trouve sa raison d'être intrinsèque".

Une série produite à un rythme effrené

Le succès du Bureau des Légendes, s'explique aussi par son mode de production. Pour sortir une saison chaque année, Eric Rochant planche avec cinq scénaristes sur chaque saison. Des moyens qui lui permettent cet exploit, puisqu'il est le seul, en France, à garder ce rythme.

Et pendant qu'une saison est tournée, la suivante est déjà en écriture. Les fans peuvent donc être rassurés, la suivante est déjà prête. Et aux vue de la 3, c'est évident, ils ont voudront encore.

LIRE I Le Bureau des légendes : le vrai du faux dans la série d'Eric Rochant

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.