Ce n’est qu’en 1927 que Le Corbusier découvre le travail de son cousin germain, le dessinateur et violoniste suisse Louis Soutter (1871-1942), placé depuis quatre ans en hospice à Ballaigues, en plein Jura Vaudois. Séduit par sa culture ainsi que par son expression picturale peu conventionnelle, Le Corbusier se lie d’amitié avec l’artiste et encourage sa créativité.

Cette relation forte et complexe durera une dixaine d’années au cours desquelles Louis Soutter recouvrira de dessins les pages de quatre exemplaires des ouvrages théoriques de Le Corbusier : Une maison, Un Palais ; L’Art décoratif d’aujourd’hui ; Croisade ou le crépuscule des académies ainsi que Après le Cubisme, la Peinture moderne de Le Corbusier et d’Amédée Ozenfant. L’ornementation des ces ouvrages par Soutter nous offre un éclairage inédit sur l’architecte, permettant aussi une relecture de son oeuvre sous un angle nouveau.

L’exposition Le Corbusier, Louis Soutter, croisements nous fera découvrir la complicité artistique entre ces deux grands créateurs du 20e siècle aux oeuvres antinomiques, ainsi que la richesse et la complexité de leurs échanges. L’exposition, constituée de reproductions de pages extraites des livres de Le Corbusier entièrement recouverts de dessins de Soutter, de correspondances entre les deux créateurs ainsi que d’un ensemble de dessins de Soutter produits au cours de leurs dix années d’amitié (de 1927 à 1937, révélant comment Le Corbusier a marqué le développement d’une partie de l’œuvre de son cousin), permettra de retracer les trajectoires artistiques et de recontextualiser la réalisation des ornementations à même les pages, de même que la singularité de leur expression.

L’exposition met également en exergue la place occupée, dans l’œuvre de Soutter, par l’architecture ou les éléments architecturaux, ainsi que les références communes entre les deux créateurs, notamment l’héritage greco-romain.

Visite tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 17h Fermeture exceptionnelle le samedi 28 juillet 2012 Entrée libre et gratuite

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.