André Courrèges est mort
André Courrèges est mort © Sipa

La mini-jupe, c’est lui. La robe trapèze aussi. Symbole de la révolution vestimentaire des années 1960, André Courrèges s’est éteint à 92 ans à Neuilly-sur-Seine.

Certains le surnommaient « Le Corbusier de la haute-couture ». Ingénieur des travaux publics de formation, André Courrèges n’en a pas moins secoué le monde de la mode.

C’est chez le créateur Balenciaga qu’il apprend le métier pendant dix ans, avant de créer sa propre maison de couture en 1961. Là, il laisse exploser sa créativité. Original, culotté, il joue sur les formes, les matières, le contraste des couleurs. Terminé les guêpières, soutien-gorge, talons hauts. A la place, André Courrèges créé combi-shorts , pantacourts et bottes plates .

Au milieu des années 1960, c’est lui qui popularise en France la célèbre mini-jupe , lancée en Angleterre par la styliste Mary Quant.

Critiqué pour son audace, André Courrèges habille les stars de l’époque : Françoise Hardy,Catherine Deneuve ,Brigitte Bardot.

Le couturier Jean-Charles de Castelbajac a salué sur France Inter un créateur "visionnaire".

André Courrèges ne copiait sur personne, il avait une vision du monde, une vision de la société. Il était une sorte de Jules Verne dans le domaine du design. De par sa formation d'ingénieur, il était porté par quelque chose de pratiquement scientifique. Tout son travail était habité par la fonction, par l'idée d'accompagner les êtres vers le futur en leur donnant le meilleur.

Fin 2002, après le dernier défilé haute-couture, André Courrèges décide de se consacrer à d'autres projets comme la peinture, la sculpture ou les véhicules non polluants avec sa filiale Courrèges Energie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.