Le dernier millénaire de l’histoire pharaonique, une époque à découvrir

Durant les dix siècles qui précèdent la conquête romaine en 30 avant notre ère, l’Égypte fait face à une multitude d’invasions. Le pays est successivement dirigé par des rois libyens (XXIIe dynastie), des « pharaons noirs » d’origine nubienne (XXVe dynastie) et des Perses (à partir de la XXVIIe dynastie), avant que les Grecs ne leur succèdent lors de la conquête d’Alexandre le Grand en 332 avant notre ère.

Si la période est troublée sur le plan militaire et politique, l’art égyptien, nourri d’une longue tradition pharaonique, conserve tout son prestige auprès des nouveaux souverains étrangers qui s’en réapproprient les codes, en apportant une légère inflexion à certaines caractéristiques stylistiques. Loin de l’image décadente qu’on lui a longtemps associée, cette époque est celle d’un brillant renouveau artistique : sommet de ce millénaire, la période saïte (672-525 avant notre ère) est considérée comme une véritable renaissance de l’art égyptien. C’est au cours de cette époque saïte, pendant la XXVIe dynastie, que l’Égypte regagne son indépendance, avant que le pays ne soit envahi par les Perses qui forment la XXVIIe dynastie.

Une prospérité économique accompagne cette période d’échanges avec les autres civilisations. Elle permet la construction d’importants monuments qui célèbrent la grandeur de la culture égyptienne.

Une production artistique exceptionnelle

Issus de tombes ou de temples prestigieux, sculptures et reliefs, sarcophages et masques funéraires, objets de culte et bijoux sont autant d’illustrations de l’art de cette période, qui mêle élégance des proportions, délicatesse des formes et sobriété des détails. Servie par une maîtrise éprouvée de la technique et un goût prononcé pour la pureté des lignes, la production artistique se distingue alors par des réalisations d’une perfection inégalée, tout particulièrement dans le domaine de la statuaire.

Tête attribuée à Nectanébo Ier
Tête attribuée à Nectanébo Ier © The Trustees of the British Museum

Le parcours de l’exposition : du royaume des vivants au royaume des morts

Au long de son parcours thématique, l’exposition confronte plusieurs des chefs-d’ œuvre les plus connus de l’art des dix dernières dynasties de l’Égypte pharaonique. Après une présentation historique donnant les repères temporels permettant d’aborder la production artistique des périodes tanite, libyenne, kouchite, saïte, perse, sébennytique et ptolémaïque, l’exposition offre au public l’opportunité de découvrir plus d’une centaine des plus belles réalisations du Ier millénaire avant notre ère. Le visiteur sera guidé depuis le monde des vivants et des morts jusqu’à l’univers des dieux, à la jonction desquels se trouve le pharaon.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.