Le festival du film indépendant de Sundance aux États-Unis, qui s'est terminé le 3 février, a dû devenir un festival virtuel, et accueillir beaucoup moins de personnes que d'habitude. Et ça a marché ! Plus du double de festivaliers y ont assisté par rapport à l'an dernier.

L'équipe du film Coda lauréat du prix du meilleur film dramatique du Festival de Sundance (Utah)
L'équipe du film Coda lauréat du prix du meilleur film dramatique du Festival de Sundance (Utah) © Coda/Sundance Film Festival

Alors que des festivals comme Cannes refusent de passer en virtuel en raison de la crise de la Covid et préfèrent repousser leurs dates, le Festival de Sundance (dans l'Utah aux États-Unis) a franchi le pas : il s'est "virtualisé", tout en conservant des projections en salles à Park City et Salt Lake City, comme avant mais avec un public restreint.

L'Institut Sundance, qui organise le Festival, vient de dresser le bilan de l'édition 2021 qui s'est tenue du 28 janvier au 3 février. Ce bilan est excellent : le public a plus que doublé par rapport à l'édition 2020. Il a plus précisément été multiplié par 2,7 fois. 

Le festival a pourtant été raccourci et a présenté moins de films

Sundance a dû être raccourci en raison de la crise de la Covid-19. L’événement est passé sur sept jours au lieu de 11 habituellement. Le nombre de films en et hors compétition avait également été revu à la baisse : 73 longs métrages contre une moyenne de 120 les années précédentes. Mais certains cinémas habituels de Park City (la ville de l'Utah qui accueille le festival depuis toujours) ont tout de même ouvert leurs portes à un public bien plus restreint que d'habitude, gestes barrières obligent.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Tous les États américains et 120 pays représentés

Cette année, le public qui a assisté via Zoom aux 23 conférences et interviews venait non seulement des 50 États américains, mais aussi de 120 autres pays. Les longs métrages, quant à eux, n'étaient disponibles via la plateforme internet du festival ou les applications de cinéma via smartphone, uniquement pour le public se situant sur le territoire américain. Les billets étaient bien entendu payants. 

Les chiffres

Le festival dresse un excellent bilan :

- 251 331 vues ont été enregistrées pour les longs et courts métrages. En prenant une moyenne de deux personnes par foyer, le festival estime qu'environ 500 000 personnes ont vu les films en sélection.

- Le programme de conférences, discussions et événements (gratuits) a attiré 66 000 personnes (là aussi, la moyenne retenue est de 2 personnes par connexion).

- Le festival a eu la bonne idée de s'associer avec 20 exploitants de salles de cinéma, drive-in et associations à travers le pays. Plus de 70% du programme de longs métrages ont été visionnés sur 40 grands écrans. Parfois, des drive-in ou des cinémas en plein air (avec places assises et respect des distanciations sociales) ont enregistré quelque 20 000 entrées.

La mission première de l'Institut Sundance est d'aider et soutenir les jeunes artistes. Mais cette année, il a fallu annuler le programme de soutien New Frontier, dédié aux nouveaux médias et à la réalité virtuelle. Il a été remplacé par une "exposition  virtuelle immersive" a tout de même reçu 39 869 visites, en présentant des films de jeunes artistes. Habituellement, le programme New Frontier n'attire que 2 000 visiteurs par festival.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Au total, plus de 600 000 personnes ont assisté d'une manière ou d'une autre au Festival. 2,7 fois plus (soit une hausse de 168%) qu'en 2020. 85% des recettes proviennent de la vente de billets à l'unité (15 dollars l'unité), les 15% restants étant des pass. Comme chaque année, les festivaliers ayant acheté leur pass très tôt ont eu droit à une réduction de 20%.

Lors d'une conférence de presse de bilan (virtuelle elle-aussi), la directrice Tabitha Jackson a déclaré :

“On voyait cette édition comme une grande expérience et nous devons en analyser les résultats pour imaginer le festival 2022. Il y a encore beaucoup à apprendre mais nous sommes ravis de voir ce mélange de publics sur site et en ligne. On a croisé les doigts en innovant.”

Les médias au rendez-vous

En devenant virtuel, le Festival a attiré encore plus de médias à travers le monde, en leur évitant de devoir se déplacer. 1 272 journalistes travaillant dans 41 pays différents ont été accrédités, soit une hausse de 5% par rapport à 2020.

Un palmarès digne des précédents

Cette année, c'est "CODA", le remake américain de "La famille Bélier" qui a récolté le plus de trophées : grand prix du jury, prix du public, prix pour l'ensemble du casting, ainsi que le prix de la meilleure mise en scène pour la réalisatrice Siân Heder.

Le Prix du documentaire international est allé à  "Flee" de Jonas Poher Rasmussen (Danemark, France, Suède). Le Prix du film dramatique international a été attribué à "Hive" de Blerta Basholli (Kosovo, Suisse, Macédoine du Nord, Albanie).

Le Festival de Sundance a notamment fait émerger dans la passé des films indépendants comme "Call Me By Your Name", "Get Out", "Precious", "The Cove", "Little Miss Sunshine", "Une vérité qui dérange" d'Al Gore ("An Inconvenient Truth"), "Reservoir Dogs",  "Sexe, mensonges et vidéo" de Steven Soderbergh (qui a obtenu ensuite la palme d'or à Cannes en 1989). Il est organisé par l'ONG Sundance Institute. Le festival a été créé en 1981 par l'acteur et réalisateur Robert Redford, dans les montagnes de l'Utah.