[ Chaque vendredi, le journaliste Nicolas Filio lève le voile sur les images fausses ou trompeuses circulant sur le web ]

__

Twitter et Facebook ont beau avoir imposé une culture de l'instantané, la photo d'archives y est également très populaire. Avec parfois une vision assez tordue de certains personnages célèbres.

Montage photo issu de plusieurs manipulations successives via Robert Toren et Imogen Cunningham - 2012
Montage photo issu de plusieurs manipulations successives via Robert Toren et Imogen Cunningham - 2012 © Radio France

Internet adore les images de célébrités rassemblées pour une photo. Cherchez un peu "Awesome People Hanging Out Together " ("Des gens géniaux passant un moment ensemble ") pour voir. Alors imaginez l'émoi lorsqu'un cliché réunit le poète russe Vladimir Maïakovski et la peintre mexicaine Frida Kahlo . On touche au summum du romantisme révolutionnaire . L'envoûtante Frida a le décolleté vertigineux et tient fermement un revolver, tout ça sent la poudre.

Ce n'est qu'illusion. La photo de Maïakovski a été prise en 1910, lorsque Frida Kahlo avait 3 ans. On a fait pivoter le poète pour l'inclure dans une autre image qui était déjà un montage à succès. Le photographe Robert Toren a un péché mignon : il place le visage de l'artiste mexicaine sur le corps de femmes plus ou moins dévêtues qu'il a photographiées au cours de sa carrière. Si vous n'êtes pas au travail, ses créations sont visibles sur son site. Dans le cas présent, il a emprunté un portrait de Frida Kahlo réalisé en 1931 par Imogen Cunningham et a utilisé une photographie de la chanteuse américaine Donnette Thayer datant de 1983.

George Orwell n'a pas posé avec un chien pendant la Guerre d'Espagne

En fait, on ne sait pas, il l'a peut-être fait. Mais cette photo n'en est pas la preuve :

En arrière-plan, haute stature et petites lunettes, c'est bien Hemingway . Devant, c'est bien un chien. Le problème, c'est que ce n'est absolument pas George Orwell , même si cette image continue encore et encore à être partagée comme telle sur le net.

Les deux écrivains ont effectivement pris part à la Guerre d'Espagne , mais il n'est pas sûr qu'ils s'y soient croisés. Alors qu'Hemingway accompagnait les Brigades internationales comme reporter, Orwell avait décidé de rejoindre le POUM, marxiste et anti-stalinien.

Martin Luther King ne faisait pas de doigt d'honneur

Ou en tout cas, pas lorsqu'on le prenait en photo.

Sur cette photo, un doigt a donc été effacé . Certes, le V de la victoire semble fait à l'envers, mais il est indéniable que le futur Prix Nobel de la Paix avait plutôt le cœur à la célébration, pas à la vindicte. La vraie photo a en effet été prise le 19 juin 1964, jour du vote par le Sénat américain du Civil Rights Act, étape importante dans le combat des Noirs pour l'égalité des droits.

Einstein n'allait pas voir des essais nucléaires à vélo

Cette image semble pourtant le montrer repartir en pédalant joyeusement alors qu'un champignon atomique s'élève dans le ciel :

Si Albert Einstein n'a pas vu cet essai nucléaire, ce n'est pas parce qu'il lui tournait le dos, mais parce qu'il était décédé depuis sept ans au moment où celui-ci a eu lieu. La photo du célèbre scientifique profitant d'un balade à bicyclette a quant à elle été prise en 1933.

Teddy Roosevelt ne chevauchait pas des élans

Bien avant qu'on ne se partage des photos de Vladimir Poutine cavalant sur des animaux improbables, les amateurs de présidents sévèrement durs à cuire avaient déjà leur idole : Theodore Roosevelt, l'homme qui traverse les rivières à dos d'élan.

L'image charrie encore son lot de nostalgies à une époque où ma-bonne-dame-les-hommes-politiques-c'est-plus-ce-que-c'était-y'en-a-même-qui-sont-des-femmes. C'est en fait un montage dû à l'agence photo Underwood & Underwood. Au moment de la campagne présidentielle de 1912, celle-ci avait choisi de représenter les trois principaux candidats sur l'animal emblème de leur parti : l'éléphant pour le républicain William Howard Taft, l'âne pour le démocrate Woodrow Wilson et l'élan pour le parti progressif tout juste créé par Teddy Roosevelt.

Dali ne dessinait pas des pénis signés Picasso sur le front de sa femme

"La différence entre un fou et moi, c'est que je ne suis pas fou ", disait Salvador Dali. Le peintre espagnol était pourtant tellement excentrique que la photo suivante ne paraît pas complètement absurde à tout le monde :

La photo d'origine révèle un dessin un peu moins potache : c'est Méduse que Dali dessinait sur le front de sa femme. "Gala m'a totalement crétinisé", a-t-il un jour déclaré. Mais pas à ce point.

Vous pouvez me signaler les images fausses ou suspectes que vous voyez passer sur Internet cGFyIG1haWw= ou sur Twitter :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.