Si ce 2 février est connu en France pour être le jour où l'on fait des crêpes, dans une partie de l'Amérique du Nord, c'est le jour de la Marmotte. Une journée touristique et médiatique devenue mondialement connue grâce à un film : "Un jour sans fin".

Cette année, la marmotte Phil a annoncé six semaines d'hiver en plus
Cette année, la marmotte Phil a annoncé six semaines d'hiver en plus © AFP / Brett Carlsen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

"Debout les campeurs, et haut les cœurs ! N’oubliez pas vos bottes, parce que ça caille aujourd’hui !" : si vous êtes un tantinet cinéphile, cette réplique ne vous est pas inconnue. C’est l’accroche (tout relativement originale) des présentateurs radio que Bill Murray entend inlassablement, à chaque réveil, dans le film Un jour sans fin, sorti en 1993. 

Dans cette comédie populaire réalisée par Harold Ramis, le pas très sympathique présentateur météo Phil Connors est envoyé en reportage à la "Fête de la marmotte" à Punxsutawney, petite ville de Pennsylvanie… où il se retrouve enfermé dans une boucle temporelle qui l’oblige à revivre sans cesse le même jour, ce fameux jour de la marmotte, présenté comme un "marronnier" journalistique, l’un de ces sujets traités par les médias chaque année de la même façon. 

Un véritable "marronnier" aux États-Unis

Mais le saviez-vous ? Cette fête de la marmotte n’est pas une invention scénaristique : elle existe pour de vrai ! Aux États-Unis, le film (qui s’appelle d’ailleurs Groundhog day, le jour de la marmotte en français) évoque un véritable fait, inlassablement traité dans les médias, ce qui ajoute à la drôlerie des situations. C’est un peu comme si, en France, un présentateur télé se retrouvait obligé de commenter chaque jour le premier bain en mer de l’année

Le concept de cette cérémonie est rigoureusement le même que ce que l’on découvre dans le film : les organisateurs observent le comportement d’une marmotte au moment où elle sort de son terrier. Si le temps est ensoleillé et que l’animal voit son ombre, il retourne hiberner, effrayé, ce qui annonce six semaines d’hiver supplémentaire. Et cette année, en Pennsylvanie, la marmotte Punxsutawney Phil a prédit que l’hiver allait durer encore six semaines. 

Le destin du film et de la fête liés

La fête de la marmotte, moment folklorique un peu désuet et surtout suivi par les médias régionaux, a vu son destin étroitement lié à celui du film porté par Bill Murray. Succès mitigé à sa sortie en salles (seulement 500 000 entrées en France par exemple), il est devenu un film culte et un succès d’estime grâce à ses multiples diffusions télévisées et atteint aujourd’hui par exemple un score de 96% sur l’un des sites de critiques cinéma les plus connus, RottenTomatoes. 

Un succès qui a donné un coup de pouce à la Fête de la marmotte, suivie chaque année par des milliers de touristes. Et en guise de clin d’œil, chaque 2 février, la chaîne américaine privée Sky diffuse Un jour sans fin… toute la journée, en boucle. 

Des origines en Europe

Plus étonnant encore : cette tradition n’est pas qu’Américaine. Bien au contraire, elle a été importée par les colons européens, et existe partout en Europe, bien que moins institutionnalisée. Car l’observation des animaux qui hibernent est une tradition qui remonte à plusieurs siècles, quand le calendrier julien était encore en vigueur, lorsque le printemps tombait le 16 mars, soit exactement six semaines après le 2 février. Ainsi en France, selon les régions, c’est la sortie de l’ours, du loup ou de la loutre qui étaient observées par les amis de la nature.

Seule nuance entre le cinéma et la réalité : ce matin, les radios américaines n’ont peut-être pas joué "I Got You Babe" de Sonny and Cher. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.