Philippe Gildas, journaliste et animateur de télévision et de radio, célèbre notamment pour son émission "Nulle Part Ailleurs" sur Canal Plus, est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à l'âge de 82 ans. Il souffrait d'un cancer.

Philippe Gildas et son ancien compagnon d'antenne, Antoine de Caunes, en 2004 sur le plateau du Grand Journal de Canal +
Philippe Gildas et son ancien compagnon d'antenne, Antoine de Caunes, en 2004 sur le plateau du Grand Journal de Canal + © AFP / Franck Fife

Philippe Gildas est mort, dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé ce dimanche matin la radio Europe 1 pour laquelle il a longtemps travaillé. Il avait 82 ans et souffrait d'un cancer. Animateur de radio et de télévision, il a marqué l'histoire des médias en présentant l'émission mythique Nulle Part Ailleurs, sur Canal +. 

De nombreuses personnalités du milieu des médias, dont une bonne partie de celles et ceux qui ont travaillé avec lui notamment pendant les années Canal. Interrogé par France Inter ce dimanche, Jérôme Bonaldi, qui était chroniqueur dans Nulle Part Ailleurs, a déclaré : 

"J'ai perdu mon père professionnel : c'est lui qui m'a dit dès le départ que ce n'est pas la cravate qui fait le journaliste. On peut très bien manipuler les choses sans se salir les mains. Philippe a inventé un nouveau métier : il était journaliste et animateur. A l'époque, c'était révolutionnaire. (...). Tous ceux qui sont à l'antenne ont quelque chose de Gildas, même s'ils ne le savent pas". 

28 sec

La réaction de Jérôme Bonaldi à la disparition de Philippe Gildas

Par Thbault Lefèbvre

Son compagnon d'antenne, Antoine de Caunes, lui a rendu hommage dans la matinée sur Instagram. 

Ses anciens collègues de Canal +, comme Bruno Gaccio (auteur des Guignols à l'époque), José Garcia ou Pierre Lescure lui ont aussi rendu hommage ce dimanche matin, de façon unanime. 

De Combat à Canal +... en passant par Inter

Né en 1935 à Auray dans le Morbihan, il se destinait, au départ, à une carrière de professeur de lettres. Mais un soir de 1960, alors veilleur de nuit dans un hôtel pour financer ses études, il croise Jean Yanne qui le convainc de s'inscrire, comme lui, dans une école de journalisme. Diplôme en poche, il entre d'abord comme secrétaire de rédaction au journal Combat, puis à partir de 1962 à RTL, dont il devient vite directeur de l'information. 

C'est à cette époque qu'il troque son vrai nom - Philippe Leprêtre - pour un pseudonyme, en faisant du prénom de son fils son nouveau patronyme. A la radio, il bascule sur Europe 1, où il restera de longues années. Mais il fait aussi un passage par France Inter entre 1974 et 1975, où il présente les journaux de la matinale, dont voici un extrait :

1 min

le iournal de Philippe Gildas 1974

Côté télé, c'est en 1969 que la télévision de l'ORTF lui ouvre les portes Il officie ensuite sur TF1, puis Antenne 2 où il présente la Chasse aux Trésors, avant de se lancer en 1985 dans l'aventure Canal +.

Nulle Part Ailleurs, émission mythique

C'est là qu'il présente l'émission avec laquelle il a marqué l'histoire de la télé : le talk-show quotidien en direct Nulle Part Ailleurs. Sur ce plateau, il est le témoin privilégié des loufoqueries des Nuls, à qui il donnera leur nom, puis d'Antoine de Caunes et de José Garcia, qui se moquent souvent de ses grandes oreilles et de sa petite taille, dont il s'amuse lui-même. Quant à son rire, il est l'un des plus communicatifs du PAF. 

Il arrête Nulle Part Ailleurs en 1997, puis occupe un temps les fonctions de directeur d'iTélé (alors appelée i>Télévision), la toute jeune chaîne d'info du groupe Canal. Après, il y a Paris Première, puis la chaîne Vivolta consacrée aux seniors qu'il lance en 2007. Mais pour le public, il reste lié à l'histoire de Canal +, chaîne dont il disait avoir adoré la liberté et l'impertinence, mais qu'il confiait récemment ne plus regarder, triste de voir ce qu'elle était devenue. 

Sur les réseaux sociaux, de très nombreuses personnalités médiatiques qui travaillaient avec lui ont posté des messages de tristesse et de souvenirs. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.