Journaliste, écrivain, mais surtout connu pour les "histoires extraordinaires" qu'il racontait à la radio et à la télévision, Pierre Bellemare est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à 88 ans.

Pierre Bellemare, en novembre 2016
Pierre Bellemare, en novembre 2016 © AFP / Joël Saget

Il a marqué l'inconscient collectif par son ton, souvent imité, pour raconter des histoires : journaliste, écrivain et producteur, Pierre Bellemare est mort dans la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital Foch de Paris. Il avait 88 ans. 

Longue carrière radiophonique

Né en octobre 1929 à Boulogne-Billancourt, il avait commencé sa carrière dans les médias dès ses 18 ans. Et c'est à Paris-Inter (qui deviendra plus tard France Inter) qu'il fait ses premiers pas de technicien, en participant à la réalisation du feuilleton radiophonique Le Bonheur est pour demain, titre qu'il a réutilisé en 2011 pour son autobiographie.

A REECOUTER

Mais c'est surtout dans les radios privées, RTL et surtout Europe 1, qu'il a fait sa carrière radiophonique, avec de nombreuses émissions, et notamment les récits qui ont fait sa renommée, dont il a tiré une quarantaine de recueils. En 2016, il était revenu à Radio France, en présentant pendant une saison Les histoires extraordinaires de Pierre Bellemare sur France Bleu Périgord, jusqu'en juin dernier. 

Emissions cultes à la télévision

A la télévision, sa rencontre avec le producteur Jacques Antoine, créateur de nombreuses émissions à succès, a lancé sa carrière, avec des programmes cultes tels que Télé-Match, La Caméra Invisible et surtout le jeu télévisé La tête et les jambes. 

En tant que producteur, il a également lancé l'un des formats phares de la télévision de la fin des années 80 et du début des années 90 : le Téléshopping, qu'il importe des Etats-Unis en 1987. Il était l'animateur encore en vie ayant eu la plus grande longévité à la télévision. 

Sa dernière apparition en tant que présentateur remonte à quelques semaines, où il avait participé à l'émission des 25 ans de "Groland" sur Canal +. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.