Mithuna en plein préliminaires, Orissa, XII-XIIIe siècle
Mithuna en plein préliminaires, Orissa, XII-XIIIe siècle © Pinacothèque de Paris

La Pinacothèque de Paris présente "kâma-sûtra, spiritualité et érotisme dans l’art indien", la première exposition mondiale sur le livre fondateur de l’hindouisme médiéval. Et met en avant sa modernité.

Perçu parfois en occident comme un livre à caractère pornographique, il est en Inde, l’un des textes fondateurs de l’hindouisme médiéval. L’Hindouisme repose sur quatre piliers, quatre livres qui guident l’homme à chaque période de la vie.

Le kâma-sûtra aide à aborder le troisième temps. Il correspond au moment de la vie où l’homme prend conscience de son corps et de sa force. Une fois qu’il a résolu la question matérielle, qu'il peut subvenir à ses besoins. Cette étape d'évolution précède le nirvana, la grâce divine.

Les tableaux et sculptures présentés dans l’exposition illustrent les thématiques des sept livres qui structurent ce livre religieux (méditations, l'art de faire la cour et le mariage, les courtisanes...). L’érotisme fait partie intégrante de ce livre religieux. Ce qui pour les occidentaux, marqués par la Bible, est difficilement compréhensible. Rédigé en sanskrit au IVe siècle par Vatsyayana, un brahmane, la sexualité y est vue comme une trame, un lien.

En Occident, notre Dieu est amour, en Inde et en Asie, les dieux font l’amour

Marc Restellini, directeur de la Pinacothèque, présente le Kâma-sûtra, le lien avec la sexualité et notre vision occidentale de ce livre. Il rappelle que cet ouvrage est un guide des bonnes et mauvaises pratiques, guide d’une modernité incroyable : il prend en compte le plaisir de la femme, et l’homosexualité…

Cette image est emblématique du kâma-sûtra. C’est une jeune fille, ce n’est plus l’homme qui est au centre de la logique du plaisir… Marc Restellini présente le tableau ci-dessous :

Jeune femme sur une table basse observant les ébats d'un couple de pigeons Jaipur, Rajastan, XIXe siècle
Jeune femme sur une table basse observant les ébats d'un couple de pigeons Jaipur, Rajastan, XIXe siècle © Pinacothèque de Paris

C'est le livre de l'amour, pas un livre de sexe

Aujourd’hui en Inde, le livre n’est pas mieux perçu qu’en Occident.

Publié pour la première fois par un Anglais en 1883, le livre sera ignoré pour cause de puritanisme victorien. Il faudra 90 ans pour que le livre soit de nouveau accessible.

Au XXIe siècle, les Indiens n’ont pas conscience du sérieux de cet ouvrage. Alka Pande est la commissaire de l'exposition (en anglais) :

►►► PLUS D'INFOS I Le site de la pinacothèque

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.