« Le retour du cocu 20 ans après va faire des vagues, une véritable marée noire ». C’est l’histoire d’une froide vengeance. Martino, sort de prison après y avoir passé 20 ans. Il purgeait une peine pour avoir tenté de tuer sa femme et son amant, mais s’était trompé de cible.

Le linge sale, polar rural de Pascal Rabaté et Sébastien Gnaedig
Le linge sale, polar rural de Pascal Rabaté et Sébastien Gnaedig © Radio France

« Le retour du cocu 20 ans après va faire des vagues, une véritable marée noire ». C’est l’histoire d’une froide vengeance. Martino, sort de prison après y avoir passé 20 ans. Il purgeait une peine pour avoir tenté de tuer sa femme et son amant, mais s’était trompé de cible. A sa sortie, il n’a qu’une idée en tête : réussir là où il a échoué 20 ans auparavant.

Sa femme vit désormais avec son ancien amant dans une ferme du Maine-et-Loire avec sa famille et une bande de malfrats. Cette tribu forme un clan de pieds nickelés. Alcooliques et « beaufs » ils ratent souvent leurs coups !

L’histoire écrite de main de maître par Pascal Rabaté, sur des dessins noirs et blancs de Sébastien Gnaedig rappelle un peu l’univers et les dialogues d’Audiard.

Le linge sale de Pascal Rabaté et Sébastien Gnaedig – sortie 3 septembre – chez Vents d'Ouest.

Présentation du Linge sale dans l'émission S i tu écoutes, j'annule tout par Clara Dupont-Monod le 3 septembre :

Rencontre avec Pascal Rabaté

Naissance d’un livre :

J’avais envie de traiter du quart-monde mais pas de façon misérabiliste.

Il y a quelques années, un producteur de cinéma lui a demandé un scénario. Le film ne s’est pas fait. Sébastien Gnaedig, éditeur chez Futuropolis et dessinateur lui a proposé de faire les dessins.

Les références :

Les films qui m’ont marqué sont italiens. Monicelli, Scola, le film Accatone de Pasolini, un cinéma qui n’existe plus de comédie sociale

Feuilletez quelques pages

►►► I Aller plus loin : que lire à la rentrée ?

►►► I Pascal Rabaté est venu à France Inter en 2013 présenter Crève saucisse. Retrouvez ce moment

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.