Peter Brook
Peter Brook © Colm Hogan

30 ans après le triomphe du Mahabharata au Festival d’Avignon, Peter Brook remonte cette épopée indienne. Mais dans une version plus courte d’un peu plus d’une heure qui s’appelle « Battelfield » aux Bouffes du Nord à Paris avant une tournée mondiale. A la création la pièce durait 9 heures.

La pièce évoque les conséquences d’une guerre qui a terrassé tout un peuple. Impossible de ne pas penser à la Syrie. Lethéâtre de Peter Brook n’a jamais été à proprement parlé politique, mais dans ce spectacle il souhaite interpeller les gouvernants de la planète et derrière l’aspect tragique de cet épisode du Mahabharata, Peter Brook fait ressortir l’humour pour dédramatiser les situations.

Les dix huit volumes de l’œuvre ont été écrits comme une leçon donnée à un jeune prince qui va devenir roi pour qu’il comprenne tout ce qu’il doit connaître pour être réellement digne de cette responsabilité. On aimerait bien que tous les Présidents, Premiers Ministres, Généraux, tous ceux qui ont du pouvoir et de la responsabilité puissent rentrer ensemble dans ces questions. Alors oui le Mahabharata c’est pour eux autant que pour nous !

Et comme toujours chez Peter Brook, c’est la simplicité qui domine . Il n’y a pas d’esbroufe sur scène. Juste des comédiens merveilleusement bien dirigés et le public est ravi.

Je suis ravi qu’il soit là, mais il ne s’agit pas de revoir quoi que ce soit car l’œuvre est si riche que l’on a essayé de faire vivre un autre aspect. Ce sont d’autres parties présentées autrement sans le côté spectaculaire mais d’une manière très intense et concentrée. J’ai été très touché par l’intensité de l’attention et le silence ce soir du public.

Quand on sort de ce spectacle on se dit que finalement l’homme n’est pas si mauvais que cela.

►►► Battlefield, Les Bouffes du Nord

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.