Jérôme garcin
Jérôme garcin © Radio France / Christophe Abramowitz
**Quelques notes de piano et le blues du dimanche soir s'évanouit. Depuis 60 ans, nous partageons les coups de coeur, coups de gueule, emportements, mauvaises fois, éclats de rire, émotions, déclarations d'amour des critiques du Masque et la Plume.** Cette semaine, la doyenne des émissions de radio va souffler ses 60 bougies. France Inter vous propose de vivre ça à travers plusieurs rendez-vous : une émission spéciale, dimanche 22 novembre, 2h de Masque (!) et vendredi 20 novembre l'esprit du masque sera décliné dans _**Un jour en France**_ et _**Vous avez dit classique**_ .Mais avant celà, remontons le temps... 1943, **Pierre Schaeffer** crée le Studio d'Essai, une sorte de "laboratoire de l'art radiophonique" installé au 37 rue de l'Université, dans un hôtel particulier.1947, Pierre Schaeffer passe le flambeau à **Jean Tardieu** . Le Studio d'Essai devient le Club d'Essai. Tardieu en fait un lieu de création et de rencontres artistiques.1954, deux émissions cohabitent au sein du Club d'essai : _**Pour l'amour du théâtre**_ , présentée par **Michel Polac** une émission dont la vocation est de repérer les nouveaux talents de la scène. L'émission, réalisée en studio déménage rapidement au théâtre des Noctambules "_J'avais le sentiment qu'il fallait sortir du studio, faire une vraie émission culturelle en public. J'ai réussi à convaincre Tardieu_ ". La seconde, _**Une Idée pour une autre,**_ est présentée par un passionné de littérature, auteur à ses heures,**François-Régis Bastide** . Il réunit dans un studio quelques critiques de la presse écrite qui viennent discuter autour d'un micro des nouveautés littéraires du moment.En janvier 1955, Jean Tardieu réunit Michel Polac et François-Régis Bastide : "_Vous êtes complémentaires. Alors bricolez donc un truc ensemble._ " Et neuf mois plus tard, le Masque voit le jour dans une formule qui en fait aujourd'hui encore le succès : une émission enregistrée en public, un micro dans la salle pour les interventions du public et une tribune de critiques.
Le masque et la plume 1971
Le masque et la plume 1971 © Radio France
Le premier enregistrement a eu lieu le **samedi 5 novembre 1955 à 17h** , au théâtre du Vieux-Colombier.Il ne reste aucune trace de cette émission, mais les premières secondes devaient ressembler à ça :
Pour le 40ème anniversaire de l'émission, Jérôme Garcin avait réunit Polac et Bastide, et 40 ans plus tard ils n'étaient toujours pas d'accord sur la paternité du titre de l'émission :
Le cinéma fait son apparition au masque en 1957, avec autour de la table de fins cinéphiles, tels **Claude Mauriac** , **Georges Sadoul** , **Jacques Doniol-Valcroze** et même brièvement **François Truffaut** . Et bien sûr **Georges Charensol** **[> Retrouvez cette première émission consacrée au cinéma dans le fil de podcast "spécial 60 ans"](http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_15412.xml)** Ce dernier sera rejoint en 1961 par **Jean-Louis Bory** et leurs passes d'armes feront les belles heures de l'émission. Nous y reviendrons...En 1979, alors que le Masque approche du quart de siècle, François-Régis Bastide se tourne vers la politique. Il avait rêvé de devenir ministre de la Culture, il est nommé ambassadeur de France au Danemark en 1982.La direction de France Inter choisit alors **Pierre Bouteiller** , déjà animateur d'un magazine culturel, pour prendre sa place. Ce dernier souhaite élargir les thèmes de l'émission à la chanson, la mode et la musique.
Pierre Bouteiller
Pierre Bouteiller © Radio France / Philippe Rochut
Avant d'en être l'animateur, Pierre Bouteiller avait été un auditeur assidu du masque comme il le racontait dans l'émission des 40 ans
En 1989, **Jérôme Garcin** prend les rennes de l'émission lorsque Pierre Bouteiller devient directeur de France Inter. Jérôme avait rejoint le Masque comme critique littéraire en 1980. Il était alors rédacteur aux _Nouvelles littéraires_ où il cotoyait Georges Charensol et Matthieu Galey, tous deux "pensionnaires" de l'émission depuis de longues années : > La première fois où je pénétrai dans la cathédrale dominicale [...] ce fut un double choc. Non seulement, je voyais enfin ce que je n’avais fait qu’entendre, mais je devais aussi m’asseoir à la tribune. Le rêve se brisait et le cauchemar commençait. [...] L’assistante du producteur, Martine de Rabaudy, m’avait appelé et convoqué, un samedi après-midi. Flatté, j’avais accepté l’invitation, tout à la joie, naïve et crâneuse, de rejoindre mes idoles. Durant cette semaine-là, j’avais souligné et annoté, en bon élève, les romans inscrits au programme. Le défi m’amusait, m’excitait. Jusqu’au jour où il fallut bien se rendre à la Maison de la Radio. Et là, ce fut un cauchemar.Car le studio, d’où montait un bourdonnement de ruche-tronc, était à la fois immense et comble. Je fus gagné par un sentiment de panique auquel s’ajoutait une impression d’illégitimité. Je me sentais incapable d’affronter en même temps un public si dense, si exigeant, si peu amène, et d’imposer ma voix au milieu de critiques chevronnés, brillants, méchants, habitués à jouer avec les lois du spectacle dont ils étaient les héros. Dévoré par le trac, gagné par une amnésie totale (qu’avais-je donc lu ?), j’aurais voulu disparaître et même changer de métier. Je montais à la tribune comme à l’échafaud. Encore un instant, monsieur le bourreau. La suite, je l’ai oubliée, c’est un puits sans fond. _**Jérôme Garcin, extrait de "nos dimanches soirs" chez Grasset**_ **[](http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_15412.xml)** Voici donc les premiers mots de Jérôme Garcin sur France Inter. Nous étions le 26 octobre 1980
Vous pouvez retrouver cette émission dans son intégralité dans **[le fil de podcast "spécial 60 ans"](http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_15412.xml)** Neuf ans plus tard, jour pour jour, le 26 octobre 1989, Jérôme Garcin occupe pour la première fois le fauteuil de maitre de cérémonie du Masque. Le passage de témoin s'est fait la semaine précédente
Jérôme Garcin
Jérôme Garcin © Radio France / Philippe Rochut
Et depuis 26 ans Jérôme Garcin est au rendez-vous de nos dimanches soirs : "_Sans l’ombre d’une lassitude, sans trace de routine._ " écrit-il "_Au contraire, un plaisir chaque semaine renouvelé et une excitation intacte, celle de commander à une tribune de passeurs – passeurs de grands textes, de grands films, de grandes pièces – et d’être un souffleur professionnel de chaud et de froid. Un goût persistant, aussi, pour la castagne et la colère qui illustrent le fameux mot de Beaumarchais : "Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur."_ " A suivre... ►►► POUR ALLER + LOIN |
Nos dimanches soirs
Nos dimanches soirs © Radio France
**[> Nos dimanches soirs](http://www.franceinter.fr/depeche-nos-dimanches-soirs-de-jerome-garcin)** **Un récit littéraire où Jérôme Garcin raconte son histoire personnelle dans le miroir d'une émission qui lui ressemble. Découvrez quelques extraits** **[> Les 60 ans du Masque sur France Inter](http://www.franceinter.fr/depeche-les-60-ans-du-masque-et-la-plume)** **France Inter propose de vivre deux grands moments à ses auditeurs. Demandez le programme** **[> A vos souvenirs](http://www.franceinter.fr/evenement-le-masque-a-60-ans-a-vos-souvenirs)** **Participez à cet anniversaire en nous racontant vos souvenirs et images du "Masque". À vos plumes !** **[> Les archives de l'INA](http://ina.fr/recherche/search?search=le+masque+et+la+plume)Retrouvez de nombreuses archives audios et vidéos sur [ina.fr](http://ina.fr/recherche/search?search=le+masque+et+la+plume)**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.