C'est à Singapour que, cette année, a été dévoilée la sélection des 50 meilleurs restaurants du monde. Le premier d'entre eux est un restaurant français, le Mirazur, situé à Menton (Alpes-Maritimes).

Mauro Colagreco, accompagné de son équipe, devient le chef du meilleur restaurant du monde, le Mirazur à Menton (Alpes-Maritimes).
Mauro Colagreco, accompagné de son équipe, devient le chef du meilleur restaurant du monde, le Mirazur à Menton (Alpes-Maritimes). © AFP

Il grimpe de la troisième à la première place du classement. Mardi après-midi, le Mirazur, restaurant du chef italo-argentin Maura Colagreco, 42 ans, implanté à Menton (Alpes-Maritimes), a décroché le titre de meilleur restaurant du monde par le World's 50 Best Restaurants dont la cérémonie se tenait à Singapour. Le Noma à Copenhague arrive deuxième suivi par Asador Etxebarri en Espagne.

L'établissement français, déjà récompensé d'une troisième étoile au guide Michelin en janvier, était déjà dans le Top 10 du World's 50 Best depuis plusieurs années et apparaissait comme un sérieux prétendant pour décrocher le titre. Le Mirazur succède au restaurant de Massimo Bottura, l'Osteria Francescana, récompensé en 2018. C'est la première fois qu'un restaurant français est classé premier de ce classement. 

Natif de La Plata, Mauro Colagreco est arrivé en France en 2001 et a été formé à l'école des plus grands : auprès de Bernard Loiseau en Bourgogne jusqu'à son suicide en 2003, puis d'Alain Passard à L'Arpège à Paris, et d'Alain Ducasse au prestigieux Plaza Athénée, deux restaurants classés respectivement à la 8e et la 16e place. 

"Nous célébrons la France et ses valeurs, que nous partageons tous"

"Je voudrais vous remercier tous. Nous célébrons la France et ses valeurs, que nous partageons tous : 'liberté, égalité, fraternité'", a déclaré Maura Colagreco, après avoir décroché cette première place. Présent avec une partie de l'équipe de son restaurant, il a souligné la diversité qui entoure son établissement en montant sur scène avec quatre drapeaux (notre photo) : Argentin pour ses origines, Brésilien pour celles de son épouse, Italien "pour une bonne partie de son équipe" et évidemment, un drapeau Français. 

"Ces drapeaux veulent tout dire pour nous, le Mirazur est la nouvelle approche de la cuisine française" a poursuivi le chef. La brigade du Mirazur compte 25 personnes de huit nationalités différentes et se targue d'être auto-suffisant à 25 %, grâce au potager du chef.

Selon le Michelin 2019, le Mirazur, niché au pied des Alpes et surplombant la Méditerranée, propose, dans les assiettes, une "expérience incomparable" avec chaque jour de nouvelles créations. Le célèbre guide parle d'un "hymne unique et quotidien aux plantes aromatiques, aux fleurs, aux légumes de son potager, aux agrumes. Son inspiration fait le reste, et lui permet de transcender les saisons et la région".

Son plat signature est la betterave, reine de son potager, cuite en croûte de sel, après deux saisons passées en terre, émincée en carpaccio et nappée de caviar et il sert du pain comme un plat à part bousculant les codes dans un trois étoiles Michelin où le repas peut coûter jusqu'à 260 euros sans les vins.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.