J’ai toujours aimé jeter un œil sur le regard que mes confrères étrangers portent sur la France. Mardi, après avoir présenté le journal de 13H qui était pour une grande part consacré aux suites du show télévisuel de Nicolas Sarkozy, je me suis régalé à lire et décrypter la perception qu’ils- ont eue de ces deux heures d’émission appelée « paroles des français ». Leur jugement est sévère mais tellement juste. « Un show monarchique d’un roi écoutant les doléances de ces sujets qui souffrent » écrit le chef du bureau du Times à Paris. « Même en Italie Sylvio Berlusconi aurait eu du mal à faire la même chose sur l’une de ses chaînes de télévision » renchéri le correspondant de Panorama un hebdomadaire italien. Je passe sur les autres articles qui dénoncent dans un tempo similaire la caricature de cette fausse interview. En France, pas grand monde ne semble s‘émouvoir de ces « deux heures pour rien » comme l’exprime Luis Miguel Ubeda de la radio nationale espagnole. En d’autre temps François Mitterrand avait traité les journalistes de chiens. Nicolas Sarkozy préfère les ignorer. C’est son droit.Dans l'histoire,nos monarques républicains ne nous ont jamais vraiment aimé. Cela se confirme. Il n'est pas sur que que la démocratie gagne beaucoup dans l'exercice de ce nouveau modèle de téléréalité.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.