Parce que Le Monde est au cœur du débat d'idées, la troisième édition du festival du Monde sonne comme un défi à notre monde en crise : « Agir ».

Le Monde Festival
Le Monde Festival © Le Monde

Le Monde Festival : des  débats, spectacles, rencontres et ateliers à l'Opéra Bastille, Palais Garnier, Théâtre des Bouffes du Nord, Auditorium du Monde, Cinéma Gaumont Opéra et Théâtre de la Porte St-Martin.

►►► Quelques débats :

  • Le pouvoir du dessin de presse

Un débat sur le dessin de presse avec Willis from Tunis, Firoozeh Mozaffari et Michel Kichka à lOpéra Bastille (Amphithéâtre). Une table ronde animée par Plantu à l’occasion des 10 ans de l’association Cartooning for peace.

Pouvoir de dénoncer. Pouvoir d’analyser. Pouvoir d’interroger la réalité qui nous entoure. Contre-pouvoir, parfois. Souvent ! Dans certains régimes autoritaires, il ne fait pas bon dessiner… Les ciseaux de la censure sont là pour nous le rappeler. Et pourtant les caricaturistes, dans certains pays, font un vrai travail de résistance : ils contournent les interdits et les pressions. Et ça marche ! Le dessin de presse est cette lame à double tranchant capable, dans certains contextes difficiles, de révéler les tensions et les fractures non dites de nos sociétés, de déchaîner des passions disproportionnées, de susciter, bien malheureusement, les pires réactions…

Depuis les fatwas lancées contre les caricaturistes danois en 2005, depuis les tueries de 2015, nous en savons quelque chose.

Pourtant, comme Kichka aime à le rappeler, le dessin de presse, contrairement aux armes de destruction massive, est cette « arme de distraction massive » qui tantôt titille, tantôt torpille l’actualité par le trait pacifique du crayon.

Par l’exagération graphique, le dessinateur réalise un travail de journaliste : il déforme la réalité pour dire la vérité. Baromètre de la liberté d’expression, exutoire de nos malaises, le pouvoir du dessin de presse n’est-il pas, avant tout, pacificateur ?

  • Informer dans un environnement hostile

A l’Opéra Bastille (Amphithéâtre), une table ronde avec Evguenia Albats, rédactrice en chef de l’hebdomadaire indépendant Novoye Vremya en Russie, le Polonais JaroslawKurski directeur de Gazeta Wyborcza, Omar Belhouchet, directeur du journal algérien El Watan.

Un débat animé par Sylvie Kauffmann, éditorialiste, et ancienne directrice de la rédaction du Monde.

Pays totalitaires, dérives autoritaires, dirigeants autocrates… la tendance n’est certes pas en perte de vitesse, et là où la liberté est menacée, la presse est presque toujours prise pour cible en premier, muselée, menacée… Interdite. Comment résister ? Comment informer librement lorsque l’on dirige un journal ou une chaîne de télévision dans un pays dont le pouvoir veut tout contrôler ? Trois rédacteurs en chef débattent de leur expérience.

►►► Quelques spectacles :

Eliogabalo
Eliogabalo © Opéra national de Paris

Le Monde Festival vous donne rendez-vous le 16 septembre de 19h30 à 22h30 pour assister à la Première de l’opéra en trois actes de Francesco Cavalli,Eliogabalo, mis en scène par Thomas Jolly et le chef d’orchestre Leonardo Garcia Alarcon.

Eliogabalo, cet intriguant empereur romain, pourfendeur des codes, ennemi des valeurs établies, qui use de son pouvoir pour la seule poursuite de son propre plaisir. Eliogabalo encore, l’anarchiste qui exige des hommes qu’ils s’habillent en femmes, qui honore les serviteurs et humilie les généraux.

Le jeune metteur en scène Thomas Jolly et le chef d’orchestre Leonardo Garcia Alarcon qui montent ici leur première production sur la scène de l’Opéra de Paris, devraient y souligner avec force les extravagances et les paradoxes de ce tyran cruel et ambivalent, « langoureux, efféminé, libidineux, lascif… » (Lenia, Acte I, scène II).

  • Un « Live Magazine » avec la rédaction du Monde

Les journalistes du Monde monteront eux-mêmes sur scène le lundi 19 septembre 2016 au Théâtre de la Porte Saint-Martin dans le cadre du Monde Festival (de 20h00 à 21h30, au Théâtre de la Porte Saint-Martin).

Live Magazine, c’est une petite équipe de passionnés de la presse et du spectacle vivant qui a importé le concept de « Pop Up Magazine » des Etats-Unis et le décline depuis 2014 en France et en Belgique. Le principe : une quinzaine de journalistes se succèdent sur scène pour raconter - en mots, en sons, en images...  chacun une histoire, une expérience marquante, inventant un journal vivant.

Les « gens du Monde », dans toute leur diversité, - une fois n’est pas coutume - monteront sur scène pour tourner les pages d’une édition réalisée en direct, sans captation ni « replay ». De l’éditorial au dessin de presse en passant par les grandes rubriques, les nouveaux métiers du numérique ou la photo, ce sera un numéro unique et collector.

►►► Quelques rencontres :

  • Comment la réalité virtuelle permet d’inventer de nouvelles expériences : à l’Opéra Bastille, une rencontre sur la manière dont la réalité virtuelle modifie le travail des créateurs.

Comment créer en trois dimensions et dans un monde virtuel ? La réalité virtuelle change les règles, en démultipliant les points de vue et en offrant de nouvelles possibilités d’interactivités aux cinéastes, graphistes, sculpteurs... Un monde dont l’exploration n’en est qu’à ses balbutiements, et où tout - ou presque - reste à inventer. L’expérience est nouvelle, et casse aussi les codes pour le spectateur. Casque sur la tête, on n’explore pas une oeuvre de la même manière que dans un musée ou une salle de cinéma. Pour mieux situer ce que la réalité virtuelle change et va changer pour chacun d’entre nous, la discussion sera précédée d’une expérience inédite en réalité virtuelle.

  • Agir sur l’école, de la classe au monde
Vêtements d'écolier 9 septembre 2014
Vêtements d'écolier 9 septembre 2014 © AFP / Fred Dufour

Rencontre avec Marcel Lebrun et François Taddei, avec la participation d’Ange Ansour, Florence Rizzo, Jean-Pierre Berthet et Florence Michau. Un débat animé par Emmanuel Davidenkoff, rédacteur en chef de Campus.

De la maternelle au master, de la salle de classe au monde, des professeurs agissent au quotidien pour que l’enseignement réponde aux enjeux du millénaire. Deux chercheurs de renommée internationale - François Taddei et Marcel Lebrun – viendront partager leur analyse de ces enjeux et présenter des initiatives concrètes menées à tous les niveaux et à toutes les échelles – la classe, l’établissement, le territoire, le monde.

►►► Quelques conversations :

  • Conversation avec Garry Kasparov : du jeu d’échecs à l’engagement politique
Garry Kasparov
Garry Kasparov © AFP / Eric Feferberd

Rencontre avec le célèbre joueur d’échec, devenu opposant politique à Vladimir Poutine, à l’Opéra Bastille (Amphithéâtre). Une rencontre animée par Pierre Barthélémy.

Le mythique joueur d’échecs américain Bobby Fischer disait : « Les échecs, c’est la vie ». Sans doute aucun joueur vivant n’est mieux à même de commenter cette phrase que Garry Kasparov, pour qui ce sport est avant tout un processus de prise de décision, qui s’applique aussi bien devant un échiquier que dans la vie.

Comment Kasparov est passé de champion du monde d’échecs à opposant au président de son pays, quelles sont les passerelles entre le roi des jeux et les jeux auxquels jouent les rois de ce monde, voilà ce que nous explorerons avec celui qui a été un témoin très particulier des bouleversements russes de ces trois dernières décennies, depuis la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev à l’avènement de Vladimir Poutine, en passant par l’effondrement de l’URSS.

Né en 1963, le Russe Garry Kasparov a été champion du monde d’échecs de 1985 à 2000. Il est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de tous les temps, tant pour ses performances que pour la marque qu’il a laissée sur le jeu des rois.

  • Conversation avec Siri Hustvedt
Sidi Hudsvet
Sidi Hudsvet © Arnaud Meyer Actes Sud

A l’Opéra Bastille (Studio) une rencontre avec l’écrivaine américaine Siri Hustvedt sur le thème « Quel féminisme pour le XXIe siècle ? ». Une conversation animée par Florence Noiville.

A la fois romancière, poétesse, essayiste, critique d’art, Siri Hustvedt se passionne autant pour la philosophie que pour la psychanalyse et les neurosciences. Née dans une famille d’origine norvégienne installée dans le Minnesota, épouse à la ville de l’écrivain américain Paul Auster, c’est son troisième roman « Tout ce que j’aimais » - publié en France en 2005 chez Actes Sud - qui lui vaut une renommée internationale.

L ’écrivaine américaine explore dans ses romans les méandres de la psyché humaine, ce qu’elle appelle « l’énigme de la relation cerveau-esprit », mais aussi les relations entre hommes et femmes, notamment dans l’intimité conjugale.

►►► Quelques ateliers :

  • Des ateliers de création végétale pour les enfants : une activité ludique de sensibilisation à la biodiversité et à la réduction des déchets

Comment sensibiliser les enfants à la fois à la question du recyclage et du végétal dans la ville ? A la croisée des enjeux économiques et environnementaux, « l’upcycling » consiste à revaloriser des objets et matériaux destinés à être jetés. Cette pratique participe aussi à la végétalisation urbaine, la création d’emplois durables et la préservation de la biodiversité. Pour sensibiliser les plus jeunes à ces enjeux avec l’association Upcycly.

  • 2037 : Energique(s) fiction(s), animé par Elise Prieur et Marina Wainer, à l'Opéra Bastille, pour concevoir des projets d’énergies durables au service de la collectivité.

Vous êtes en 2037. Comment imaginez-vous la gestion des ressources énergétiques de votre maison, votre quartier, votre ville ? Cet atelier vous invite à construire des scénarii autour des enjeux environnementaux, à des échelles territoriales et temporelles différentes. Par équipes, les participants seront amenés à se projeter dans plusieurs contextes pour concevoir des propositions énergétiques durables et au service de la communauté. Des exemples d’initiatives inspirantes seront présentés aux participants en début d’atelier. L’occasion d’interroger la promesse de la « ville intelligente » dans une démarche collective et citoyenne.

Retrouvez la programmation complète du Monde Festival