Du 19 au 21 octobre à la Gaîté Lyrique à Paris, un nouveau festival se propose de faire entendre, à tous, et gratuitement, les nouveaux talents du monde du podcast. L'offre de podcasts "natifs" foisonne et séduit les nouveaux auditeurs, c'est-à-dire les moins de 30 ans.

les CSP+ et les Parisiens sont largement sur représentés parmi les podcasteurs
les CSP+ et les Parisiens sont largement sur représentés parmi les podcasteurs © Domaine public

Les podcasts natifs et leur arrivée en masse sont le signe de changements d'usage d'écoute. Chez les moins de 30 ans, c'est très net, on n'est pas auditeur d'une radio, on sélectionne à partir de son smartphone et on écoute quand on le choisit. 

Le Paris Podcast Festival, dirigé par Thibaut de Saint-Maurice, veut donc mettre en avant ses créateurs d'un nouveau genre, et leurs producteurs.
À la différence du podcast de radio qui permet de rattraper une émission que l’on n’a pas pu écouter lors de sa diffusion, un podcast natif est un contenu sonore conçu, produit et diffusé exclusivement en ligne, non pas à titre de réécoute d'une émission radio traditionnelle.  Ce sont donc de nouvelles voix, des histoires ou des conversations, qui sont de nouvelles manières de raconter le monde et de captiver l’attention.

REECOUTEZ LA VIE CONNECTEE : Paris Podcast Festival 

2 min

Le Paris Podcast Festival

Par Christine Siméone

4 millions de personnes écoutent des podcasts radio chaque mois. Mais on ne mesure toujours pas vraiment l'écoute de podcasts natifs. 

Qui sont les inventeurs de la radio de demain ? 

Ils s'appellent Arte Radio (qui réinvent le son depuis déjà de longues années), Binge Audio ou Boxsons (fabriqués par d'anciens de Radio France). Ce sera bientôt Sybel, société de diffusion de contenus audio. Dès la fin de l’année dans tous les pays francophones et disponibles en 4 langues dans une vingtaine de pays début 2019, la plateforme vendra par abonnements des programmes ciblés par thèmes,  documentaires, polar, comédie,  science-fiction ou romances pour les ados.

Il s'appellent Julien Cernobori, Margaux Duquesnes,  Claire Jehanno, Nina Kaanen, Jean-Malo Jarry, François TJP. Ils sont totalement perdus dans la jungle ou du web, ou bien produisent pour des plateformes audio pré-citées. Spotify vient de leur ouvrir ses pages, sinon on les trouve sur iTunes essentiellement , Soundcloud ou Deezer par exemple.  

Tous ces noms et quelques autres figurent dans la sélection pour la compétition officielle du Paris Podcast Festival . 

Pour Thibaut de Saint Maurice, directeur du festival, il y a désormais des communautés d'auditeurs autours de ces offres de podcasts qui sont enviées par certains magazines. Pour nous il s'agit aussi d'accompagner ces nouveaux usages d'écoute des trentenaires, les digital natives".

Selon Hyperradio, le magazine web consacré au numérique par Radio France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Amérique du Nord, ils produisent plus de la moitié des podcasts du Top 100 d’iTunes.

Ce qui plait aux auditeurs,  c'est soit l'invention et l'originalité sonore, soit la découverte de nouvelles voix, ou encore les témoignages d'individus lambdas aux histoires singulières, que l'on n'entend plus dans les grilles de programmes des radios traditionnelles.

Pour l'instant, les instituts mesurent l'audience podcasts de leurs clients, c'est-à-dire les radios traditionnelles, comme Radio France ou Europe 1.  Leurs études tendent  à les rassurer en montrant que 8 podcasts téléchargés sur 10 sont effectivement écoutés.

En moyenne, chaque mois, 8,5% des internautes écoutent des podcasts radio, soit 4 millions d’individus. Plus de la moitié de ces auditeurs en mobilité sont des hommes, plus de la moitié à entre 25 et 49 ans, et ce sont en grande partie des Parisiens CSP +. 

Découvrez la compétition officielle du Paris Podcast Festival ici et votez.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.