Les musées se mettent au podcast. La RMN et le Centre Pompidou ont lancé ces jours-ci leurs nouvelles formes de contenus audio. Ils dépoussièrent l'audioguide. Le podcast remplacera-t-il l'audioguide ? Le directeur adjoint des publics de Centre Pompidou et le fondateur d'Audiovisit répondent.

Le podcast Les Visites du Centre Pompidou accompagne désormais de manière exclusive les parcours de visite
Le podcast Les Visites du Centre Pompidou accompagne désormais de manière exclusive les parcours de visite © Centre Pompidou/ RMN GP

La mode du podcast est en train de convaincre les musées de se mettre au goût du jour. Sous le mode de la fiction, ou du commentaire, ils font ce que beaucoup de radios ne se donnent plus les moyens de faire : de la fiction, avec du très beau son et des réalisations soignées. 

Ainsi la RMN Grand Palais a lancé une série de podcast, Fous de Lune, d'un style documentaire, et le Centre Pompidou a dévoilé une série de podcasts sur les collections du Centre, et sur des thèmes transverses comme "art et féminisme" ou "art et consommation".

"Les gens sont désormais sensibles à la qualité des contenus, aux voix, à la création sonore. Ils apprécient de sortir des tons monocordes des comédiens dans les audioguides d’antan" explique Patrice Chazottes, directeur adjoint des publics. 

Il vient de dévoiler plusieurs fils de podcast particulièrement bien réussis. Ils sont consacrés, soit aux collections permanentes du Centre, soit à des œuvres répondant à des thèmes comme "art et féminisme" ou "art et consommation". Ils font oublier les commentaires audio un peu trop sages des audioguides, et font appel à des saynètes, à des commentaires plus personnels selon les intervenants, et s'enrichissent de décor sonore.

Le centre Pompidou a tué l'audioguide depuis longtemps, pour se tourner vers de nouvelles formes de guidage  et de médiation. L’audioguide téléchargeable avant la visite, "n’a pas vraiment fonctionné car les gens avaient un rapport traditionnel avec cet outil", explique Patrice Chazottes. 

"Il y a cinq ans on a arrêté  les audioguides. On a misé sur les applications pour les smartphones. Nous avions une application qui permettait de faire un parcours sonore avec des contenus autour des collections ou des expositions temporaires. Les applis demandent beaucoup de temps et de techniques et on voulait aller vers plus de facilité pour permettre la rencontre entre les contenus et le public". 

Les audioguides sont-ils vraiment morts ? 

32% des visiteurs de musées et monuments utilisent fréquemment les audioguides selon l'Observatoire des publics AUDIOVISIT
32% des visiteurs de musées et monuments utilisent fréquemment les audioguides selon l'Observatoire des publics AUDIOVISIT / Audiovisit

Le podcast tuera-t-il l'audioguide ? C'est si simple de l'avoir dans son téléphone. Guillaume Ducongé, de la société Audiovisit qui fournit des contenus d'audioguides aux musées, constate que sa société a produit pour tous les types de supports : applications, mp3, système avec QR code, web App, sérious game, réalité augmentée. "Mais à ce jour, ces multiples supports n’ont toujours pas grignoté la part de marché des audioguides, ni la cote d’amour de ce dispositif chez un bon tiers des visiteurs de musée."

Guillaume Ducongé remarque en se penchant sur les années précédentes, "chaque nouvelle offre n'a fait que compléter l’offre d’audioguides... et pour un temps seulement. L’audioguide, on le dit condamné depuis 15 ans, mais il survit à toutes les innovations !"

Bref, pour l'audioguide reste son marché principal. Selon l'étude menée par ses équipes il s'avère même que ce sont les utilisateurs d'audioguides qui téléchargent les applications et continuent de regarder les cartels en salle.

Les supports se complètent donc et ceux qui sont friands de contenus audios ne se privent d'aucuns d'entre eux. 

> Suivez la 15e Nuit européenne des musées ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.