Le prix Renaudot, attribué ce mercredi à Paris, récompense le deuxième roman de Valérie Manteau, jeune auteure de 33 ans.

Istanbul décor du roman "Le Sillon" de Valérie Manteau prix Renaudot
Istanbul décor du roman "Le Sillon" de Valérie Manteau prix Renaudot © Getty / Alexander Spatari

Dans Le sillon, Valérie Manteau raconte le parcours d'une jeune Française qui rejoint Istanbul. Cette ville lui tient profondément à cœur, notamment parce qu'elle y retrouve son amant. Mais elle y retrace aussi la vie de Hrant Dink, journaliste et écrivain turc arménien assassiné en 2007 par un nationaliste turc. 

Invitée de France Culture le 27 août dernier, Valérie Manteau affirmait : 

Ecrire ça alimente la peur, je me fais peur, mais je ne peux pas m’en empêcher

ECOUTER |La librairie francophone du 8 septembre 2018 avec Valérie Manteau

Valérie Manteau a écrit dans Charlie Hebdo de 2009 à 2013. Elle a également été éditrice aux éditions Les Échappés de 2008 à 2013. 

En 2013, elle rejoint le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille, comme chargée d'édition et de diffusion.

Son premier ouvrage Calme et Tranquille (2016) a également été édité par Le Tripode.

Les jurés du prix Renaudot ont en outre attribué un "prix spécial" à Philippe Lançon pour Le lambeau, qui a déjà remporté le prix Femina.

Nicolas Mathieu a de son coté reçu mercredi le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires du monde francophone avec Leurs enfants après eux (Actes Sud), fresque politique et sociale, roman d'apprentissage sur l'adolescence.

Le prix Medicis a été quant à lui décerné à Pierre Guyotat.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.