"l'origine du monde" aurait un visage
"l'origine du monde" aurait un visage © reuters

Et si le tableau de Gustave Courbet "L'Origine du monde" n’était qu’un détail d’un tableau beaucoup plus grand ?

C’est l’hypothèse qu’avance l’hebdomadaire Paris Match après avoir rencontré un homme qui serait en possession de "l’autre partie" du tableau.

John, un amateur d'art qui préfère garder l’anonymat, achète à un antiquaire parisien, en janvier 2010, une peinture qui représente une femme couchée, le visage à la renverse et la bouche entrouverte.

Les experts qui ont examiné le tableau, pensent maintenant que la toile, qui présente les mêmes teintes, les mêmes pigments et les même fils de trame que "L'Origine du monde", serait en fait la partie supérieure du chef-d’œuvre réalisé en 1866 par Courbet et vendu au diplomate turc Khalil-Bey.

Ecoutez l'analyse de Thierry Savatier, spécialiste de Courbet

Thierry Savatier est aussi l'auteur de L'origine du monde : histoire d'un tableau de Gustave Courbet

La femme représentée serait la maîtresse de l'artiste James Whistler, Joanna Hiffernan, une Irlandaise avec qui Gustave Courbet avait eu une aventure. Craignant que sa toile suscite un scandale, Gustave Courbet aurait décidé de la découper et de ne vendre que le bas.

John, le propriétaire du "haut" acheté 1.400 euros, aimerait beaucoup le prêter au musée d'Orsay pour qu’il rejoigne le "bas" du chef-d’œuvre

Frédéric Pommier

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.