Laurent Laffitte a beau ressembler à Michel Leeb, il a sur scène tout le talent et la finesse qui manquent à l'humoriste. Pourtant, le comédien qui s'essaie au one man show au petit Palais des Glaces choisit lui aussi des stéréotypes. Ni l'africain ni le chinois, encore moins Jerry Lewis, mais des personnages que l'on peut croiser ici et là, une grand-mère égocentrique ou un homosexuel bavard (l'audace de cette rencontre dans une backroom parisienne est ahurissante). Car Laffitte ne craint pas le trash. A l'occasion, le sexe "cru" et les humeurs (déjection, crachats...) s'invitent dans le spectacle, à condition que cela aide à camper le personnage. Défile sur scène, dans un décor sobre où un simple escalier, une chaise et des rideaux permettent de créer tous les univers, escalier du Lido ou lieu de drague, une comédie humaine assez désespérée : la grand-mère qui refuse de vieillir, le comique trivial adepte du stand up, le chorégraphe américain qui tyrannise ses danseurs venus tenter leur chance au Lido et qui se retrouve seul, en scène. La solitude est le sujet de chaque sketch, comme dans le récit que fait une vielle camée de ses rencontres avec Bowie, Lou Reed ou Marianne Faitfhull, tellement snob, mythomane et esseulée, tellement nostalgique d'une jeunesse pourtant défoncée.Laffitte qui co-signe son spectacle avec l'acteur Cyrille Thouvenin invente de nouveaux personnages. Du jamais vu, interprété avec un talent fou. Laffitte est caméléon, viril ou féminin, beauf ou homo fleur bleue, vieille femme liftée. Loin du comique télé consensuel, il ose l'excès au risque de choquer, peut-être, car il ne cherche pas à séduire. On aime ce culot, ce refus du consensus, ce risque de la crudité. On aime l'humour de Laurent Laffitte, son jeu encore une fois (il chante aussi et danse avec beaucoup d'aisance). Bref, on aime cet acteur qui, au fond, ne ressemble à personne."Laurent Laffite, comme son nom l'indique", petit Palais des Glaces, métro République.

Laurent
Laurent © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.