Il est exposé dans les plus grands musées mais il manquait une rétrospective pour comprendre l’œuvre du vidéaste américain Bill Viola. C’est chose faite au Grand Palais à Paris jusqu’au 21 juillet 2014 à travers 20 œuvres conçues depuis 40 ans.

Regarder une vidéo de Bill Viola, c'est prendre le temps de s'arrêter 5, 10 minutes, voir un peu plus. On regarde une image fixe, un plan séquence, un ralenti.

Le vidéaste aime faire durer, répéter, ralentir le monde. Il est un peu à contre temps de notre époque où tout va très vite et préfère inviter à la méditation. A l'heure du tout numérique, où tout va très vite, l'œuvre de Bill Viola donne du temps.

> Si vous donnez trop d’informations à quelqu’un comme c’est le cas aujourd’hui dans le monde, et bien vous créez une surcharge d’information. Je me souviens quand j’étais avec mon père et ma mère, c’était magnifique car tout arrivait lentement. Et c’était calme. Je pense que c’est ce qu’il faut retrouver. C’est à cela que je m’emploie dans mon travail.

Dans cette exposition, Bill Viola interroge les grandes questions de la métaphysique: la vie, la mort, le temps...lui qui s'est vu mourir lorsqu'il avait six ans. Il a été sauvé de la noyade par son oncle.

> L’idée de la mort est très importante. J’en avais peur quand j’étais jeune. Quand vous êtes sous l’eau c’est magnifique, vous voyez la beauté du monde. J’aurai voulu y rester.

L'eau est donc central dans son travail. On la retrouve dans sa vidéo la plus célèbre: "Tristan's ascension" – 2005 qui décrit l'ascension de l'âme après la mort. Un déluge de pluie s'abat sur le corps d'un homme qui revient miraculeusement à la vie. Une autre vidéo « Ascension » (photo ci dessous) montre une vue sous marine d'un homme qui tombe à l'eau. Son corps suspendu dans l'espace s'enfonce dans les profondeurs pour disparaitre et laisser place à la quiétude.

Bill Viola - Ascension 2000 - photo Kira Perov
Bill Viola - Ascension 2000 - photo Kira Perov © Radio France / Bill Viola - Ascension 2000 - photo Kira Perov
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.