chien
chien © Radio France

Un seul point blanc et tout change dans le regard d'un chien ! Il faut que la galeriste Nathalie Vallois guide le visiteur au milieu des photos de Joachim Mogarra pour qu'il se rende compte de l'astuce. Mogarra qui ne travaille qu'avec des objets qu'il a sous la main, a photographié de minuscules chiens de porcelaine et en a fait de très grands portraits de plus d'un mètre de largeur. Il les sort ainsi de leur condition d'objets kitsch et sans valeur, et en rajoutant au fond de leurs yeux un petit point blanc à la gouache il accorde de la présence à ces objets inanimés.On regarde ces chiens et on se dit qu'ils nous plaignent d'être si facilement attendris. Pauvres bêtes que nous sommes, nous humains !

Dans le petit monde des objets, Mogarra a choisi aussi, lui en tant que photographe, de s'en prendre à l'appareil photo. Et voilà toute une série de vieux boitiers, de toutes marques ou époques, convoqués devant l'objectif de Mogarra, pour se travestir en créations surréalistes.

appareils photo
appareils photo © Radio France

Enfin, comme il se fait un monde et toute une histoire de l'art avec ces petits riens du quotidien, Mogarra utilise aussi biscuits, carrés de chocolats, et Babybel, comme autant de tableaux abstraits et témoins de l'obésité et l'obscénité de notre société.

babybel
babybel © Radio France

A l'heure de Photoshop et autres avatars technologiques, il ne faut parfois pas plus qu'un point de gouache à Mogarra pour changer la donne et le monde.

A voir à Paris, Galerie Georges-Philippe et Nathalie Valois, 36 rue de Seine, jusqu'au 3 mars>

Pour en savoir plus sur Joachim Mogarra >

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone

Remerciements à

Mariel Bluteau, graphiste de l'équipe web de France Inter

Valeria Emanuele, au web de France Inter twitter.com/valeriae

Annelise Signoret, du service documentation de Radio France __

Sophie Raimbault, assistance du service Culture de la rédaction de France Inter

Ghislaine Delubac et son équipe de l'agence Apocope

Guillaume Ducongé

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.