"Il ne faut jamais rire des chansons populaires", dit-il. Au micro de Guillemette Odicino, Joachim Lafosse a accepté de nous parler de son tube favori, son "tube qui tache".

Nana Mouskouri en 1970 sur un plateau de télévision
Nana Mouskouri en 1970 sur un plateau de télévision © Getty / Michael Putland / Contributeur

Comme chaque jour du mois d'août, l'invité de « On s'fait des films » apporte son "tube qui tache" . Ce jeudi 4 août, c'était Joachim Lafosse, réalisateur de L’économie du couple au cinéma le 10 août prochain qui s'est prêté à l'exercice.

C’est un truc que j’écoutais dans la voiture la semaine dernière. Pour moi, cette chanson est une leçon. C’est très inconscient la variet’. Pour moi, c’est le cœur des choses. Il ne faut jamais rire des chansons populaires que les enfants, les petites filles ou les gens écoutent dans la salle de bain. Ces chansons disent toujours tout de nous.

Ce qu'il faut savoir de Nana Mouskouri

La carrière de Nana Mouskouri débute en 1958. Durant ces six décennies de succès à travers le monde, la chanteuse a fait de la France son plus important marché de ventes. Ainsi, ce sont près de 2 millions d’albums de Nana Mouskouri qui ont été vendus dans l’hexagone. Son parcours impressionnant réside également dans le fait qu’elle enregistre ses tubes en plusieurs langues : allemand, néerlandais, italien, espagnol ou encore en japonais, gallois et français.

Nana Mouskouri figue dans la liste des vingt-cinq artistes ayant vendu le plus de disques dans le monde devançant des artistes ultra-populaires comme Madonna ou Céline Dion.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.