Louvre Lens
Louvre Lens © CC Forgemind ArchiMedia

Au-delà des espérances. Le Louvre-Lens remporte depuis son ouverture il y a tout juste un an, un incroyable succès populaire. 900.000 personnes se sont pressées dans les galeries épurées du musée, soit 200.000 de plus qu'escomptées.

Un succès qui s'explique d'abord par la beauté architecturale du bâtiment. Le cabinet Sanaa a reçu cette année le prestigieux prix d'architecture de l'Equerre d'argent, plus haute distinction française.

Le musée nordiste n'est pas non plus un sous-Louvre. Les oeuvres présentées ne viennent pas des fonds de son grand frère national mais sont des compositions majeures tournant entre Lens et Paris. Le tableau de Delacroix, la Liberté guidant le peuple de Delacroix a attiré nombre de visiteurs à Lens avant de retourner à Paris. Une dizaine d'oeuvres seront remplacées chaque année le 4 décembre pour l'anniversaire du musée.

Pour Xavier Decto, le directeur du Louvre-Lens, le succès d'un tel musée se mesurera dans deux trois ans. Il était l'invité du journal de 18h d'Angélique Bouin. __

Autre clef du succès, la gratuité de la Galerie du Temps qui sera finalement reconduite jusque fin 2014. Le musée vise désormais les 500.000 visiteurs par an. Cette année, le Louvre-Lens a attiré 20% de visiteurs étrangers, de 70 nationalités différentes. Les autres (56%) sont originaires du Nord-Pas-de-Calais et de la Belgique voisine.

Des retombées encore modestes

Malgré ce succès en termes des critiques et du public, les retombées touristiques et économiques sur ce territoire sinistré depuis la fermeture des mines sont encore modestes. Mais la région ne peut pas sortir comme ça de ces difficultés économiques. " C'est un processus long, qui peut prendre dix ou quinze ans" , souligne Benoît Brocq, chargé du développement économique à la mission bassin minier.

Tout de même, le chiffre d'affaires des restaurateurs de l'agglomération lensoise a augmenté de 20 à 25% en moyenne en un an. La capacité hôtelière de 250 chambres entre Lens et Liévin, devrait augmenter avec la réalisation de deux établissements de trois et quatre étoiles et leurs 130 embauches prévues, mais pas avant 2016/2017.__

Les commerçants lensois regrettent que la navette qui dessert le musée ne passe pas par le centre-ville. Reportage Claire Mesureur

"Lens ne s'éveille au tourisme que depuis un an. Aujourd'hui, on est essentiellement sur de l'excursionnisme" , reconnaît Marlène Virey, chargée de promotion à l'office de tourisme Lens-Liévin, qui a reçu en moyenne 35 groupes par mois depuis l'ouverture du musée, contre 35 groupes à l'année auparavant.L'organisme table sur le classement du bassin minier à l'Unesco, mais aussi sur les commémorations du centenaire de la guerre de 14-18 et les matchs de l'Euro de football 2016 au Stade Bollaert pour doper les visites, notamment de Britanniques.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Louvre-Lens, un an et un carton

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.