Le 31 décembre, c’est une émission en direct et aussi des podcasts et des surprises. À la sortie d’une répétition, Elodie Font et Clément Nouguier sont allé.e.s à la rencontre de la danseuse étoilée Léonore Baulac. Un témoignage de grâce et d’humour suscitant l’émerveillement, à réécouter ici dans son intégralité.

Léonore Baulac
Léonore Baulac © Getty
13 min

Léonore Baulac : "Je ne sais pas si je suis ce que j'admirais quand j'étais petite"

Par France Inter

Quelques murmures dans l’obscurité, un rideau qui se lève, les premières notes d’une musique envoûtante et des chorégraphies fascinantes par la grâce qu’elles dégagent (que l’on croirait même faciles à exécuter depuis notre place, enfin derrière notre écran maintenant, en attendant non sans hâte la réouverture des lieux culturels déclarés non essentiels en 2020 : quelle étrange année !) 

Quand on évoque danseuse étoile et musique classique, on a toutes et tous en tête un titre d’enfance et de ravissement, du morceau « Aquarium » du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns en passant par Casse-Noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski au célèbre (comme oserions-nous ne pas le citer) Lac des Cygnes du même compositeur de génie et inspirée d’une légende germanique. Des scintillements, des soubresauts et des métamorphoses. 

Décidément, la vie d’opéra et de danseuse regorge de fantasmes et d’onirisme !

Des pas chassés pour se métamorphoser : une étoile est née !

Chaque 31 décembre est l'occasion pour Léonore Baulac de revivre un moment essentiel de sa carrière. En effet, elle a été consacrée le 31 décembre 2016, il y a donc exactement quatre ans, après la dernière représentation du Lac des Cygnes à l’Opéra Bastille où elle interprétait le personnage ensorcelant d’Odile / Odette.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Léonore Baulac est née en 1990 et débute la danse dès les premiers balbutiements de l’enfance. Elle s’investit, elle s’acharne, elle apprend. Mais par deux fois, elle est recalée au prestigieux concours de l’entrée de l’École de danse de l’Opéra national de Paris. Qu’à cela ne tienne : patience, persévérance et pugnacité seront ses maîtres mots ! 

En 2005, à quinze ans, c’est bon, elle y est, mais elle ne relâche pas les efforts et les entraînements. Forcément le corps change, trime, se fait plus souple, se blesse, se relève. 

Tout mon corps est mon outil de travail donc je ne peux pas détacher mon corps de la danseuse. Je le sculpte en permanence.

Les premières années sont laborieuses et elle peine à gravir les traditionnels et hiérarchiques échelons du ballet de l’Opéra de Paris. Mais voilà, la saison 2013-2014 bouleverse tout : elle obtient un rôle de soliste dans La Dame aux camélias en tournée au Japon qui lui laisse des souvenirs impérissables de costumes et d'interprétation. Et est promue coryphée (c’est-à-dire un rôle de soliste dans le chœur qui permet de s’adresser au public) en 2013. L’année suivante, elle joue le rôle de Clara dans Casse-Noissette au côté de son acolyte Germain Louvet.

C'est l'occasion d'avoir mille vies sur scène, d'interpréter des personnages, ce sont des moments de vie très différents.

Tout s’enchaîne alors : promue sujet à la fin de 2014 puis première danseuse un an plus tard jusqu’au sein Graal qu’est la nomination en tant qu’étoile après la dernière représentation du Lac des Cygnes où elle est la mystérieuse Odile / Odette. 

Le 13 décembre, Léonore Baulac a joué avec ses comparses devant une salle vide pour cause de crise sanitaire le rôle de Gamzatti dans "La Bayadère", une princesse prête à assassiner sa rivale. Une nouvelle composition de "méchante" qui bouleverse ses habitudes, et n'est pas moins cathartique !

Et les messages de Léonore Baulac pour clore cette année et entamer 2021 :

En 2020, j'ai pu constater que la danse était une clé de ma santé mentale.

Beaucoup de gens, dont moi, ont beaucoup d'attentes envers 2021 !

  • Écouter et réécouter sur cette page l'interview intégrale de Léonore Baulac au micro d'Élodie Font, réalisée par Clément Nouguier et préparée par Céline Dubois, dans le cadre de l'émission "Va, vis et 2021" pour célébrer le Réveillon du Nouvel An.

Pour écouter tous les bonus de cette émission, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS