En 2018, on continue de fêter en France les 70 ans de la décentralisation théâtrale, née en 1947. Un film documentaire, intitulé "Une Aventure théâtrale", sort mercredi au cinéma. L'occasion de découvrir les initiateurs des Centres dramatiques nationaux.

Le Centre dramatique national de Saint-Étienne a investi ses nouveaux locaux début septembre. L'aventure lancée il y a soixante-dix ans bat toujours son plein.
Le Centre dramatique national de Saint-Étienne a investi ses nouveaux locaux début septembre. L'aventure lancée il y a soixante-dix ans bat toujours son plein. © AFP / Romain Lafabrègue

Ils sont aujourd'hui 38 quand, il a y soixante-dix ans, on n'en comptait que 5. Ce sont les Centres dramatiques nationaux (CDN), et Daniel Cling raconte dans un documentaire cinématographique la formidable aventure qui leur a permis d'essaimer. Qui sont les pionniers de cette initiative ?

Jeanne Laurent (1902-1989)

Elle est l'initiatrice de la politique de décentralisation théâtrale dès la fin de la guerre en 1946. Jeanne Laurent est nommée sous-directrice des spectacles et de la musique à la direction générale des Arts et Lettres au ministère de l'Éducation nationale et, à ce poste, elle développe une politique pour accroître la diffusion du théâtre en province, et le populariser.

Jean Dasté (1904-1994)

Jean Dasté, élève de Jacques Copeau, débute au cinéma en 1932, sous la direction de Jean Renoir, dans Boudu sauvé des eaux. Il créé à Grenoble en1945 la Compagnie des comédiens, puis la Comédie de Saint-Étienne, qui devient en 1947 l'un des premiers CDN. 

Pierre Debauche (1930-2017)

Pierre Debauche se passionne très tôt pour les petits théâtres de la rive droite à Paris. Il a été le premier directeur du théâtre des Amandiers à Nanterre. En 1965, il installe un chapiteau au milieu des HLM en construction et propose jusqu'à 24 spectacles pour les habitants et les travailleurs immigrés. Fondateur du théâtre Daniel Sorano à Vincennes (1963), il créé ensuite à Limoges, en 1984, le Festival des théâtres francophones.

Hubert Gignoux (1915-2008)

Disciple de Jacques Copeau, comme Jean Dasté, Hubert Gignoux monte des spectacles de marionnettes avant de fonder, en 1947, la Compagnie des marionnettes des Champs-Élysées. Il crée le Centre dramatique de l'Ouest à Rennes en 1949. Pour lui, la mission prioritaire du théâtre public en région est de présenter "un répertoire de qualité dans des villes qui, depuis plusieurs décennies, étaient privées de bon théâtre".

Le comédien Marcel Maréchal remet en 2000 un Molière d'honneur à Hubert Gignoux, qui créa en 1949 le Centre dramatique de l'Ouest à Rennes.
Le comédien Marcel Maréchal remet en 2000 un Molière d'honneur à Hubert Gignoux, qui créa en 1949 le Centre dramatique de l'Ouest à Rennes. © AFP / Jean-Pierre Muller

Jacques Lassalle (1936-2018)

Jacques Lassalle fonde en 1967 le Studio-théâtre de Vitry, qu'il dirige jusqu'en 1982. Il prend la tête ensuite du Théâtre national de Strasbourg, puis devient administrateur de la Comédie-Française de 1990 à 1993.

Roger Planchon (1931-2009)

Roger Planchon aimait dialoguer, avec les lycéens et les étudiants, avec les critiques, les militants politiques et syndicaux, les spectateurs convaincus ou sceptiques. En 1952, il crée le Théâtre de la Comédie de Lyon, la première salle de province à jouer tous les soirs.

André Steiger (1929-2012)

André Steiger codirige la Comédie du Centre-Ouest et le Théâtre populaire de Lorraine. Parallèlement à ses quelque 250 mises en scène, l'homme de scène a, depuis, toujours été très engagé dans les activités de pédagogie et d'animation. Notamment à l'Ecole du TNS (France), à l'Insas (Belgique) puis comme doyen-responsable des études à la Spad (Conservatoire de Lausanne).

Arlette Téphany (1935-)

Lorsqu'elle sort du Conservatoire national d'art dramatique, Arlette Téphany rejoint la Guilde de Guy Rétoré, qui devient en 1963 le Théâtre de l'Est parisien, devenu aujourd'hui le Théâtre national de la Colline. En 1986, elle est la première femme nommée à la tête d'un CDN, celui de Limoges.

Jean Vilar (1912-1971)

Jean Vilar crée en 1947 la Semaine d'art à Avignon, qui deviendra le festival d'Avignon. Sa mission : faire du théâtre pour tous.

La culture, ce n'est pas ce qui reste quand on a tout oublié, mais au contraire, ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné.

En 1951, il est nommé au Théâtre national populaire au Palais de Chaillot, à Paris. 

Jean Vilar, créateur du festival d'Avignon, assiste avec le chorégraphe Maurice Béjart à une répétition du ballet Messe pour le temps présent au Palais des papes en 1967.
Jean Vilar, créateur du festival d'Avignon, assiste avec le chorégraphe Maurice Béjart à une répétition du ballet Messe pour le temps présent au Palais des papes en 1967. © AFP

Antoine Vitez (1930-1990)

Faire un "théâtre élitaire pour tous", c'est-à-dire un théâtre qui va à la rencontre d'un public large, telle était le devise d'Antoine Vitez. Il fonde en 1971 le Théâtre des Quartiers d'Ivry. En 1981, il prend la direction du Théâtre national populaire de Chaillot, à Paris, avant de devenir administrateur de la Comédie-Française en 1988.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.