Un rendez-vous pour tous les lecteurs. Une semaine d’échanges et de lectures à Lyon et en Région Rhône-Alpes.

La 6ème édition des Assises Internationales du Roman de Lyon coorganisée par la VillaGillet etLe Monde , vous propose des lectures pour les petits et les grands, des dédicaces avec les illustrateurs et des rencontres avec les écrivains.

France Inter entre les lignes avec

en direct : Jeudi 31 mai, 10h – 11h, Service Public , Guillaume Erneren direct : Jeudi 31 mai, 18h20 – 19h, Downtown de Philippe Collin

Enregistrements : - Les femmes toute une histoire de Stéphanie Duncan de 11h à 12h30- Les liaisons heureuses de Colombe Schneck de 15h à 16hau café/restaurant des Subsistances (Restaurant Quai des Arts)

  • L'Humeur vagabonde de Kathleen Evin du 29 mai est consacrée aux Assises.

Quelques rencontres

En ouverture le lundi 28 mai à 18h30 la question de la vérité La vérité, cette vérité si difficile à saisir, est au centre de toute recherche littéraire. C'est pour la discerner, dans le magma des faux-semblants et des illusions, que de très nombreux écrivains décident d’écrire. Certains tentent de l'approcher par la fiction, d'autres en manipulant la réalité, qui brûle parfois comme un feu. Jusqu'où peut-on aller dans cette quête exaltante, mais périlleuse ?avecCatherine Millet, Camille Laurens, Lydia Flem animé par Raphaëlle Rérolle.

Catherine Millet - Camille Laurens - Lydia Flem
Catherine Millet - Camille Laurens - Lydia Flem © Arnaud Fevrier © C. Helie, Gallimard © Thierry Sauvage

Table ronde,Corruption et violence politique Profondément infiltrée dans la société, la corruption gangrène la vie politique et économique, mettant dans certains cas la démocratie en péril. Quantité d’auteurs se sont élevés contre ce mal endémique et, scrutant avec subtilité les zones grises et les ambiguïtés du pouvoir, ont dénoncé la collusion des élites politiques, financières et intellectuelles. La littérature peut-elle répondre à la corruption et à la violence engendrées ? Avec Juan Gabriel Vásquez, Emmanuel Dongala, Alaa El Aswany et Christophe Boltanski le lundi 28 mai à 20h30.

Débat,la peur est-elle le fruit de notre imagination? « Chez l’animal, la peur est liée à la présence d’un danger, à la proximité d’un prédateur ou à un risque de chute par exemple. Mais, chez l’être humain, la peur est de nature différente : elle est parfois liée à la perception d’authentiques dangers, mais bien plus souvent à des idées ou à des images qui se présentent à notre esprit. Le noir, le loup, l’ogre, la sorcière, la guerre, le sang : l’enfant n’a pas besoin de les avoir rencontrés pour les craindre. Quelle est la part de l’imaginaire dans nos peurs ? Pourquoi sommes-nous, dès l’enfance, attirés par les histoires effrayantes ? À quoi servent les peurs qui semblent dépourvues d’objet dans la réalité ? On s’interrogera aussi sur la permanence de cet affect à l’adolescence puis à l’âge adulte : pourquoi les peurs imaginaires déclinent-elles ? Ou plus exactement, comment laissent-elles la place à l’angoisse ou à la phobie ? Ce dialogue, unique en son genre, confrontera l’approche du psychiatre et éthologue Boris Cyrulnik , auteur notamment des Nourritures affectives ou du Murmure des fantômes (Odile Jacob), et celle du dessinateur Tomi Ungerer , qui a signé les Trois Brigands, Otto ou encore Le Géant de Zéralda (L’École des Loisirs).» Alexandre LacroixEn partenariat avec Philosophie Magazine et avec l’association Envols d’Enfance, rencontre animée par Alexandre Lacroix aux Subsistances le mardi 29 mai à 19h.

Tomi Ungerer - Boris Cyrulnik
Tomi Ungerer - Boris Cyrulnik © Olivier Roller © DRFP / Odile Jacob

Table ronde animée par Alexandre Lacroix,le crime avec Roger J.Ellory, Giancarlo de Cataldo, Morgan Sportès et Kate Colquhoum le mardi 29 mai à 21h. La figure du criminel ne cesse de passionner les écrivains et les lecteurs. Entre fascination et répulsion, condamnation et rédemption, le crime questionne inlassablement notre humanité. Comment la fiction peut-elle tenter de cerner ce qui relève du mal absolu ? Quelle responsabilité l’écrivain endosse-t-il lorsqu’il aborde cette transgression ultime ? Que révèlent d’une société les représentations du crime auxquelles sa littérature s’attache ?

Table ronde sur lesmarginaux / les exclus. La littérature s’est souvent intéressée à ceux que la société délaisse et malmène. ll y a des vies que l’on connaît mal, des histoires collectives et des milieux sociaux qu’un auteur peut mettre en lumière. Comment l’écrivain se fait-il le passeur de ces vies ignorées, chaotiques et fragiles, et y puise-t-il la matière de son récit ? Comment et pourquoi donner la parole à ceux qui en sont privés ? Marginalité, exclusion sociale, mode de vie alternatif : comment ces différences mises en lumière par la littérature nous renvoient-elles à nous-mêmes ?Avec Nick Flynn, Charles Robinson, Mansour El Souwain et Zakhar Prilepine. La rencontre est animée par Isabelle Ruef et Catherine Simon, le jeudi 31 mai à 19 h .

Ambiance
Ambiance © Ignaszewski-Koboy

Table ronde le jeudi 31 mai à 21h présentée par Julie Clarini sur l'argent, le pouvoir, les privilèges. Dans un monde où l’écart se creuse de plus en plus entre riches et pauvres, exploitants et exploités, nantis et exclus, les privilèges d'aujourd'hui créent-ils de nouvelles castes ? L’argent est au coeur de nos sociétés pour le meilleur et pour le pire. Ses enchantements ne garantissent pas le bonheur. Le roman, depuis longtemps, explore les rêves et les désillusions des privilégiés. Avec Jonathan Dee, Eric Reinhardt et Thierry Pech

Hippolytes Girardot lit Peter Pan de James Matthew Barrie le samedi 2 juin à 16h30 «Au début, dans les années 70, il voulait juste aller en Californie, pour les filles aux seins nus et les guitares peintes en bleu et violet. Ensuite, il voulait juste dessiner puisque c'était le meilleur endroit où vivre, respirer, s'amuser, regarder le monde, avoir des amis et flemmarder dans des musées. Et puis, en faisant l'École des Arts décoratifs, il a mis du mouvement dans les dessins, soi-disant pour les “animer”, leur “donner une âme”. Mais c'est pas tout à fait juste, le mouvement n'est pas l'âme. Alors, comme il avait un “moi vague”, il s'est lentement déplacé devant une caméra, un truc pour fixer l'âme qui s'évapore. Il est même devenu célèbre. Malgré lui. C'est grâce à ce rapt de lui par les autres qu'il a commencé à approfondir l'existence. En laissant vivre cette vision biographique et en commençant une autre. En fait oui, c'est toujours un autrequ'on raconte dans sa propre bio. » Hippolyte Girardot par lui-même

Où sont les femmes ? Rencontre animée par Lucy Dallas et Franscesca Isidori le samedi 2 juin à 20h30. Un homme sur deux est une femme, mais pas un écrivain. Continuellement majoritaires parmi les lecteurs, les femmes ne le sont pas chez les écrivains. Et toujours, la question des catégories littéraires se pose à elles. Longtemps après que le débat sur « l’écriture féminine » semble s’être éteint, celui sur la théorie des genres a pris le relais. Comment les femmes affrontent-elles ce défi lancé à l’universalité ? Comment se situent-elles dans ce paysage, et que revendiquent-elles ?Avec Laure Adler, Zoyâ Pirzâd, Ananda Devi et Christoph Hein.

Ambiance
Ambiance © D. Ignaszewski-Koboy

Et vous, Douglas Kennedy ? Entretien sous la forme de petite conversation avec dees revenantsL’Ina, la Villa Gillet, le Monde proposent cette année à Douglas Kennedy de prendre aux mots de grands auteurs, intellectuels ou artistes disparus dont les propos ont été soigneusement sélectionnés dans les archives de l’Ina où les figures du passé reprennent vie : Nathalie Sarraute, Alberto Moravia, Nicolas Bouvier, Emil Cioran, Jean Gruault, et bien d’autres.Une invitation à confronter, pendant une heure trente, des visions, des pensées, sur les grands thèmes qui traversent la vie des individus, parmi lesquels la création, les voyages, l’amour, la religion...Le samedi 2 juin à 22h30.Jacques Bonnafé lit le dimanche 3 juin à 21h, UN FOU de Maupassant avec les percussionnistes de Tactus Nouvelle fulgurante et glaçante, "Un fou" est l'implacable journal d'une folie galopante.

Les assises c'est aussi:

- Les assises pour les enfants le samedi 2 et le dimanche 3 juin pour des jeux, des activités dans l'appartement de Georges, des dessins en dédicace organisés par les libraires et la garderie des assises pour facilité les rencontres des parents avec les auteurs pendant que les enfants s'amusent...

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.