C’est une sorte de Médée des temps modernes. La pièce de Christian Siméon puise dans ce thème de la tragédie grecque. Un sublime rôle de femme pour Elisabeth Mazev.

La pièce brasse beaucoup. « Les eaux lourdes », « ce sont les eaux de la maternité, ce sont les eaux de l’infanticide, ce sont les eaux dans lesquelles ont été noyées certains résistants » explique Elizabeth Mazev.

Elisabeth Mazev
Elisabeth Mazev ©

Les thèmes des mères infanticides et de la trahison pendant la Résistance se mêlent dans cette histoire de famille qui dans les années 60 se souvient des années 40. Pierre (Christophe Vandevelde) et Mara se rencontrent dans les années 30, de leur amour né un fils. Pierre s’engagera dans la résistance puis quittera Mara. Par vengeance ou désespoir, elle tue son fils. Et tente de récupérer l’homme qu’elle aime.

Elisabeth Mazev est heureuse d’incarner ce rôle.

__
Les eaux lourdes, mise en scène de Thierry Falvisaner [du 6 au 28 juillet 2013 à 14h au Théâtre des Halles](http://www.theatredeshalles.com/pieces/les-eaux-lourdes/)
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.