C'est un surprenant parcours visuel et sonore à travers le jardin de Louis XIV et ses bassins et bosquets mis en eau et en lumière suivi d’un grand feu d’artifice de Groupe F tiré depuis le char d’Apollon. En 2014, Château de Versailles Spectacles se lance dans un vaste et ambitieux projet de mise en lumière des Grandes Eaux Nocturnes . Grâce à une transformation par étapes, ce seront la grande perspective, les jardins et bosquets, fontaines et statues mais aussi la façade de la Galerie des Glaces, qui bénéficieront d’un coup d’éclat. De nouveaux éclairages et de multiples installations ingénieuses donneront au parc de Versailles, la qualité lumineuse et la finesse artistique qu’il mérite. Pour mener à bien cette entreprise exceptionnelle, prévue de 2014 à 2017, Château de Versailles Spectacles a confié la mise en lumière à Laurent Fachard des Éclairagistes Associés

Le final de Feux au Bassin du Char d’Apollon

Groupe F / Christophe Berthonneau / Jeff Yelnik réalise un final visible de toute la grande Perspective, conjuguant feux d’artifice tirés sur la tête du Grand Canal et flammes, jaillissant du Tapis Vert. Au centre de ce torrent d’effets, le splendide Char d’Apollon réalisé en plomb doré par Tuby sur les dessins de Lebrun en 1670 : les trois gerbes d’eau monumentales, culminant à 19 mètres, dessinent une fleur de lys.Musiques :- Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Symphonie (Te Deum) ; Ouverture du Ballet de la Nuit (Phaéton) ; Air pour les matelots jouant des trompettes marines (Xerxès), Air pour les esclaves et singes dansants (Xerxès) ; Prélude (Armide), Marche pour la Cérémonie des Turcs (Le Bourgeois Gentilhomme)- Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Marche de Triomphe pour les violons, trompettes, timbales, flûtes et hautbois (Musique Sacrée) ; Fanfare à deux trompettes (Musique Sacrée)

La Grande Perspective

C’est toute la ville de Versailles qui, d’Est en Ouest, est parcourue par un axe majeur reliant le domaine royal à Paris. Dans le Parc du Château, cette percée réalisée par André Le Nôtre dès les années 1660 va du château lui-même (passant par la Chambre du Roi et la Galerie des Glaces) à l’extrémité du Grand Canal, dans une vision magistrale. Figure tutélaire de Louis XIV, Apollon y est partout présent, figuré ou symbolique.Musique baroque française : - Reinhard Goebel et son orchestre Musica Antiqua Köln- Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Ouverture de Psyché - Ouverture de Cadmus - Chaconne d’Amadis - Ouverture le Carnaval - Mascarade.- Jean-Philippe Rameau : Dardanus Ouverture, Actes 1 et 3- Mise en lumière: Laurent Fachard (LEA)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.