Les guides de Notre-Dame, rassemblés dans l'association CASA, ont perdu leur principale source de financement. Pourtant il leur faut assurer aussi les visites guidées d'une vingtaine de monuments religieux en France. Ils lancent un appel aux dons, et continuent de faire vivre la cathédrale de Paris en vidéo.

Sur le mur qui clôt le choeur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, l'Adoration des Mages. Cette oeuvre fait l'objet d'une vidéo des guides CASA
Sur le mur qui clôt le choeur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, l'Adoration des Mages. Cette oeuvre fait l'objet d'une vidéo des guides CASA © .

L'association CASA rassemble les communautés d'accueil dans les sites artistiques, et se finance essentiellement par les adhésions et les pourboires donnés par les touristes lors des visites commentées par les guides-bénévoles CASA.  

Sans Notre-Dame : continuer de faire connaître l'histoire et les trésors de la cathédrale

Deux minutes ! Les guides bénévoles de Notre-Dame se plient aux usages numériques et ont choisi des formats vidéos très courts, deux minutes, pour nous faire voir et/ou revoir, et raconter encore et encore, l'histoire de Notre-Dame, sans Notre-Dame. À tour de rôle depuis quelques semaines, ils publient donc des petites vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Un moyen pour eux, privés de monument depuis le 15 avril dernier, de continuer à entretenir leur savoir, de continuer de le diffuser. 

Bientôt, mais personne ne sait vraiment quand, les guides CASA pourront à nouveau fouler le parvis de la cathédrale. Là, ils proposeront des commentaires de la façade, car "elle dit tout du symbole de  incarnation, de ce qu'est Notre-Dame", explique Frédéric Ferlicot, porte-parole des guides CASA. Elle présente l'arbre généalogique de Jésus en quelque sorte, en représentant les rois de Juda. "Nous sommes prêts à intervenir sur le parvis dès que nous aurons l'autorisation", poursuit Frédéric Ferlicot. En attendant, ils se sont mis à la vidéo, ce qui n'était pas forcément une évidence pour tous. 

"Nous ne nous priverons pas de raconter l'histoire du portail en détail". 

Ainsi en deux minutes, vous saurez pourquoi les églises médiévales sont toujours debout malgré leur fragilité (pas forcément pour des raisons techniques), qui a dessiné les fonds baptismaux qui se trouvent à l'entrée de la cathédrale, comment la couronne d'épines de Jésus est arrivé à Paris, ou encore quelle est la mise en garde qui s'exprime sur le portail central de Notre-Dame. Bientôt viendront d'autres vidéos, sur la Vierge du pilier, statue du XIVe siècle miraculeusement épargnée lors de l'incendie, ou sur les éléments qui composent le précieux monument. "Nous ferons bientôt une vidéo sur Sainte-Geneviève, essentielle pour l'histoire de Paris et dont le reliquaire était conservé dans la cathédrale", explique Frédéric Ferlicot. 

► Toutes les vidéos se trouventici

Sans Notre-Dame : continuer à financer les visites sur 18 lieux en France

Ces guides, réunis au sein de l'association CASA, recrutent une bonne centaine d'étudiants bénévoles, venus de toute l'Europe, et qui se déploient sur 18 sites historiques en France, de Conques à Vézelay. Notre-Dame fait partie de leur activité phare, c'est même des visites sur la cathédrale de Paris que l'association tire l'essentiel de ses revenus. Les guides CASA doivent assurer un emploi salarié, la location d'un bureau, et l'accueil de la centaine de guides qui officient surtout l'été. Il leur faut donc, pour assurer l'avenir, trouver de l'argent au plus vite. Ils ont lancé un appel depuis leur site. 

"Nous sommes inquiets pour la suite, et c'est pour cela que notre présidente a lancé un appel". 

Actuellement, Saint-Germain l'Auxerrois se substitue à Notre-Dame dans l'organisation de l’archevêché. Chaque premier vendredi du mois, on y présente la couronne d'épines, l'un des joyaux de Notre-Dame, l'ensemble du Trésor ayant été mis en sûreté au Louvre. Une trentaine de guides CASA, sur les 140 dédiés à Notre-Dame, se relaient donc pour assurer une présence et continuer de parler de Notre-Dame. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.