De la tradition de la peinture de fleurs aux ruptures esthétiques de la modernité...

Van Gogh, Autoportrait
Van Gogh, Autoportrait © Petit Palais

L’exposition, Les Hollandais à Paris au Petit Palais organisée avec le musée Van Gogh d’Amsterdam, met en lumière les riches échanges artistiques, esthétiques et amicaux entre les peintres hollandais et français, du règne de Napoléon à l’orée du XXe siècle. 

Dès le premier Empire, et surtout à partir de 1850, plus d’un millier de peintres hollandais quittent leur pays pour renouveler leur inspiration. Parmi eux, la quasi-totalité s’établit à Paris, inexorablement attirée par le dynamisme de sa vie artistique. Les peintres avaient là l’occasion de suivre un enseignement riche, de trouver des lieux d’exposition, d’y vendre leurs œuvres, ou simplement de nouer de nouveaux contacts. 

Ces séjours, plus ou moins longs, sont parfois le premier pas vers une installation définitive en France. Ils eurent en tout cas une influence décisive sur le développement de la peinture hollandaise, certains artistes comme Jacob Maris ou Breitner diffusant des idées nouvelles à leur retour en Hollande. 

Jacob Maris, Artiste vu de dos ou Le Peintre Kaemmerer
Jacob Maris, Artiste vu de dos ou Le Peintre Kaemmerer / Petit Palais
Breitner, Le kimono rouge
Breitner, Le kimono rouge / Petit Palais

De la même manière, des artistes comme Jongkind ou Van Gogh apportèrent à leurs camarades français, des thèmes, des couleurs, des manières proches de la sensibilité néerlandaise, puisés dans la tradition du Siècle d’or hollandais que le public français redécouvre à cette période. 

Jongkind, Notre-Dame de Paris vue du quai de la Tournelle
Jongkind, Notre-Dame de Paris vue du quai de la Tournelle / Petit Palais

Cent quinze oeuvres empruntées aux plus grands musées des Pays-Bas, mais aussi à d’autres musées européens et américains, jalonnent ce parcours retraçant un siècle de révolutions picturales. 

Le parcours chronologique nous raconte ces liens qui se sont noués entre les artistes hollandais et leurs confères français, les influences, échanges et enrichissements mutuels à travers les figures de neuf peintres hollandais : Gérard van Spaendonck pour la fin du XVIIIe et Ary Scheffer pour la génération romantique ; Jacob Maris, Johan Jongkind et Frederik Kaemmerer pour le milieu du XIXe siècle et enfin, George Breitner, Vincent van Gogh, Kees van Dongen et Piet Mondrian pour la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. 

Ary Scheffer, Les ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta apparaissent à Dante et à Virgile
Ary Scheffer, Les ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta apparaissent à Dante et à Virgile / Petit Palais
Kaemmerer, Vue de Scheveningue
Kaemmerer, Vue de Scheveningue / Petit Palais
Van Spaendonck, Bouquet de fleurs dans un vase d'albâtre
Van Spaendonck, Bouquet de fleurs dans un vase d'albâtre / Petit Palais

Leurs oeuvres sont présentées aux côtés de celles d’artistes français contemporains comme Géricault, David, Corot, Millet, Boudin, Monet, Cézanne, Signac, Braque, Picasso... afin d’établir des correspondances et comparaisons. 

► COMMISSAIRES

Mayken Jonkman, conservatrice en chef, RKD – Institut Néerlandais d'Histoire de l'Art, La Haye ; Edwin Becker, conservateur en chef des expositions, musée Van Gogh, Amsterdam ; Stéphanie Cantarutti, conservatrice en chef au Petit Palais

Exposition organisée en collaboration avec le Van Gogh Museum, Amsterdam et avec le soutien exceptionnel du RKD – Institut Néerlandais d’Histoire de l’Art, la Haye  

Source Petit palais

►► En partenariat avec France 5

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.