Pour son 80e anniversaire, le Musée Marmottan-Monet propose l'exposition d'une centaine d'œuvres impressionnistes, pour la plupart, inédites car venant de collections privées.

Cent chefs-d’oeuvre de collections particulières

Ouvert pour la première fois au public en 1934, le musée Marmottan Monet célèbrera son quatre vingtième anniversaire en 2014. En moins d’un siècle, le musée a bénéficié de legs et de donations d’une envergure sans égale faisant de lui le dépositaire du premier fonds mondial d’oeuvres de Claude Monet et de Berthe Morisot. Sans la générosité des collectionneurs et des descendants d’artistes, il ne serait pas devenu un haut lieu de l’impressionnisme . Conscient de cet héritage, le musée souhaite débuter les cérémonies de son anniversaire en rendant hommage aux collections privées.

L’exposition actuelle retrace l’histoire des acquisitions privées à travers une sélection rigoureuse d’œuvres provenant de collections du monde entier, certaines séculaires et d’autres récentes. Car si les premiers collectionneurs des impressionnistes furent français, l’impressionnisme s’exporta du vivant de ces artistes et devint rapidement une aventure internationale. La qualité des pièces aujourd’hui présentées n’a rien à envier à celles de nos plus grandes institutions.

Elle témoigne du goût sûr et pointu de leurs propriétaires. Peu de choses distinguent les collectionneurs d’hier et ceux d’aujourd’hui dans leur passion commune pour cette peinture.

Cinquante et un prêteurs se sont associés avec enthousiasme à ce projet et ont accordé des prêts en provenance de France, des États-Unis, du Mexique, de Suisse, de Grande-Bretagne et d’Italie . Cette exposition offre l’opportunité unique au public de découvrir des tableaux pour la plupart jamais vus. Une centaine de chefs-d’oeuvre impressionnistes constitue un ensemble d’exception . Quatre-vingt peintures et une vingtaine d’œuvres graphiques par Jean-Baptiste Camille Corot, Eugène Boudin, Johan Barthold Jongkind, Édouard Manet, Frédéric Bazille, Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir, Edgar Degas, Camille Pissarro, Alfred Sisley, Gustave Caillebotte, Berthe Morisot, Armand Guillaumin, Paul Cézanne, Mary Cassatt, Eva Gonzalès et Auguste Rodin permettent de retracer une histoire de l’impressionnisme à travers des œuvres inédites.

Parcours de l'exposition

Aux origines de l’Impressionnisme

Les précurseurs de l’impressionnisme sont Jean-Baptiste Corot, Eugène Boudin et Johan Barthold Jongkind. Leurs recherches sur la lumière, leur prédilection pour le travail sur le motif et pour le paysage saisi sur le vif anticipent la méthode de travail des futurs impressionnistes. Bons pédagogues, ils sont choisis comme professeurs par de nombreux membres du groupe. Mais le véritable chef de file du nouveau mouvement est Manet, qui est le premier à oser défier les instances officielles en exposant dès 1863 plusieurs toiles à scandale, comme Le Déjeuner sur l’herbe ou Olympia. Par la modernité de ses sujets et l’audace avec laquelle il se rebelle contre l’académisme, il ouvre la voie à la nouvelle génération d’artistes. Manet et le jeune Frédéric Bazille – prématurément fauché par la guerre de 1870 – figurent ici avec deux tableaux légendaires, Étude pour le Bar aux Folies Bergère et La Terrasse de Méric, une toile d’un format spectaculaire.

Paul Cézanne - Géraniums et Pieds d’aoulette dans un petit vase de Delft vers 1873 -Huile sur toile - Collection particulière,
Paul Cézanne - Géraniums et Pieds d’aoulette dans un petit vase de Delft vers 1873 -Huile sur toile - Collection particulière, © France © Christian Baraja

L’Impressionnisme vers 1874

**En 1874, un groupe d’artistes en révolte contre le goût imposé par l’Académie des Beaux\-Arts organise sa première exposition dans les locaux du photographe Nadar, au 35, boulevard des Capucines à Paris. Parmi eux se trouvent Monet, Renoir, Pissarro, Degas, Sisley, Berthe Morisot, Guillaumin et Cézanne.** Le mouvement doit son nom au tableau de Monet, **_Impression, soleil levant_**, chef\-d’oeuvre des collections du musée Marmottan Monet. Ce qui avait tant choqué la critique et qui fait désormais le succès de cette peinture, c’est précisément ce qui fait ses caractéristiques, à savoir des sujets empruntés à la vie moderne, l’emploi d’une palette claire et lumineuse et l’étude attentive des effets atmosphériques sur les personnages et sur le paysage. Les artistes du groupe affectionnent surtout les bords de Seine (La Seine à Bougival, Sisley) et les plages de Normandie (Sur les planches de Trouville, hôtel des Roches noires, Monet). La période impressionniste de Cézanne dure une décennie (1872\-1882). Vers la fin des années 1870, il oriente de plus en plus ses recherches vers l’étude des formes et des volumes (Le Jardin de Maubuisson, Pontoise), au détriment des changements de lumière. En 1882, il s’installe dans le Midi, et n’exposera plus jamais avec le groupe. ### **Gustave Caillebotte** Gustave Caillebotte, issu d’un milieu aisé, est le seul peintre impressionniste à pouvoir s’adonner à ses passions – la peinture, la voile et l’horticulture – sans aucune contrainte financière. Riche et généreux, il soutient ses amis en achetant leurs œuvres et devient l’un de leurs premiers et plus importants mécènes. À sa mort, en 1894, on dénombre dans sa collection soixante\-sept œuvres de ses amis, qu’il lègue toutes à l’État français. Embarrassé, l’État ne sait que faire de cette collection d’artistes qu’il juge décadents. Finalement, trente\-huit œuvres entrent au musée du Luxembourg en 1896\. Des tableaux de Degas, Monet, Renoir, Pissarro, Sisley et Cézanne, qui font aujourd’hui partie des fleurons des collections nationales. La peinture de Caillebotte se caractérise par des remarquables vues de Paris (_**Rue Halévy, vue du sixième étage**_), des fleurs de ses jardins (_**Les Dahlias, jardin du Petit\-Gennevilliers**_) et des régates sur la Seine. ### **L’Impressionnisme vers 1880** Les années 1880 sont pour les peintres impressionnistes une période de lutte constante pour imposer leur travail, et aussi de grandes difficultés financières. Malgré l’échec de leur première exposition en 1874, le groupe ne capitule pas et poursuit ses manifestations jusqu’en 1886\. La huitième et ultime exposition marque la fin de sa cohésion. Désormais, les impressionnistes, toujours unis par des liens d’amitié, suivent leur propre cheminement pictural, laissant place au génie créatif de chacun. Monet s’établit à Giverny, Renoir à Cagnes, Pissarro à Éragny\-sur\-Epte, Sisley à Moret\-sur\-Loing, Caillebotte s’installe définitivement au Petit\-Gennevilliers, Degas et Morisot restent parisiens. Leur œuvre s’enrichit d’influences nouvelles, leur facture s’affermit et s’individualise, chacun peignant selon sa sensibilité. ### **Edgar Degas** Par le choix de ses thèmes – la peinture d’histoire, la danse, les chevaux, les femmes à leur toilette et les portraits – Degas se démarque du groupe des peintres impressionnistes. Dès 1874, il devient pourtant l’un de ses plus ardents défenseurs et sait imposer une œuvre originale, différente de celle de ses amis.Avec eux, il partage la liberté de peindre. Grand admirateur d’Ingres et de Delacroix, Edgar Degas s’imprègne des dons de ces deux artistes pour le dessin et la couleur, qu’il tente de réconcilier dans des œuvres aux compositions audacieuses (_**Pagans et le père de Degas**_ ou _**La Toilette après le bain**_). Dessinateur accompli, doté d’une insatiable curiosité pour toutes les techniques, il est aussi l’auteur de gravures et de sculptures remarquables. _**La Petite danseuse de quatorze ans**_ reste une pièce exceptionnelle, toujours en mains privées. ### **Au\-delà de l’Impressionnisme** Succès et reconnaissance arrivent enfin pour la plupart des peintres impressionnistes à partir des années 1890, trop tard pour Berthe Morisot, qui succombe la première à une mauvaise grippe en 1895, suivie d'Alfred Sisley, qui meurt en 1899 dans la plus grande précarité, non sans avoir laissé un important ensemble de tableaux des environs de Moret\-sur\-Loing (**_L’Église de Moret, le soir_** ou **_Lisière de Forêt_**). Les autres membres du groupe, activement soutenus par leur marchand Paul Durand\-Ruel, qui fait connaître leurs œuvres aux collectionneurs du monde entier, ainsi que par les frères Bernheim et Ambroise Vollard, abordent sereinement le XXe siècle. Pissarro se distingue à la fin de sa vie par ses séries de vues urbaines (**_Le Pont Corneille à Rouen_**, **_Brume du matin_** ou **_Le Louvre, soleil d’hiver, matin_**), avant de s’éteindre en 1903\. Degas disparaît en 1917 et Renoir en 1919 : rongé par les rhumatismes, il passe la fin de sa vie à peindre ses proches sans relâche (_Léontine et Coco_ (Claude Renoir)). Monet est le dernier à partir, en 1926, à l’âge de quatre\-vingt\-six ans : avec _Leicester Square (Londres), la nuit_ et **_Hémérocalles au bord de l’eau_**, il délivre des œuvres novatrices qui vont bien au\-delà de l’impressionnisme, à la limite de l’abstraction. **Cette exposition, unique et incontournable, témoigne de la présence et de l’engouement toujours vifs des maîtres impressionnistes au sein des collections privées.**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.