Psychiatre et essayiste algéro-martiniquais, Frantz Omar Fanon, né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France, est mort le 6 décembre 1961 à Bethesda. Il compte parmi les fondateurs du courant tiers-mondiste. Homme de pensée et d’action, il a su analyser par le biais d’une approche psychiatrique les conséquences désastreuses de la colonisation sur le colonisé, mais également sur le colonialiste.

Ses écrits, notamment Peau noire, masques blancs et Les Damnés de la Terre, sont devenus des guides de pensée pour toute une génération de militants et de chercheurs. Nombre de penseurs du post-colonialisme, tel Edward Saïd, se revendiquent de sa démarche. Cette séance sera l’occasion de se pencher sur son héritage politique et intellectuel.

Avec : Mohammed Harbi , ancien combattant de la guerre d’Algérie, homme politique et historien, auteur de travaux majeurs sur la guerre et l’histoire d’Algérie ; Magali Bessone , maître de conférences en philosophie à l’Université de Rennes I, auteure d’une introduction aux œuvres de Frantz Fanon rééditées en un volume aux éditions La Découverte (octobre 2011) ; Mireille Fanon-Mendès France , présidente de la Fondation Frantz Fanon.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.