INFORMATION FRANCE INTER - Première industrie culturelle dans le monde, le jeu vidéo est encore trop peu vu comme un véritable espace de création, digne d'être reconnu. Une injustice que veut réparer le Syndicat National du Jeu Vidéo en organisant, début 2020, une cérémonie télévisée de remise de prix : les Pégases.

La première statuette des Pégases, les trophées du jeu vidéo, révélée à Paris le 5 juin 2019
La première statuette des Pégases, les trophées du jeu vidéo, révélée à Paris le 5 juin 2019 © AFP / Lucas Barioulet

Un Pégase, c'est une statuette en forme de cheval ailé, réalisée par un artisan français, et qui a de grandes ambitions pour rendre hommage au jeu vidéo français. Même si vous ne jouez pas vous-même, vous connaissez forcément un amateur de jeux vidéo dans votre entourage : plus de 74 % des Français jouent de façon occasionnelle, et plus de la moitié jouent régulièrement. D'un point de vue strictement économique et sociétal, le jeu vidéo s'est imposé dans notre vie quotidienne, et notamment des jeux tricolores, parfois trop discrètement...

"Beaucoup de joueurs n'ont pas connaissance du fait que ce sont parfois des entreprises françaises qui créent ces jeux, et qui ont un rayonnement international", explique Julien Villedieu, délégué général du Syndicat national du jeu vidéo (SNJV). "Il y a plus d'un millier d'acteurs économiques dans le domaine du jeu vidéo en France, et très peu de joueurs imaginent qu'ils jouent à des créations fabriquées sur notre territoire."

Pour rendre ces succès plus visibles, le SNJV va donc annoncer ce mercredi la création d'une Académie des Arts et Techniques du Jeu Vidéo. Elle aura pour rôle de promouvoir l'industrie du jeu vidéo français, de démontrer son impact en matière de création d'emploi et de rayonnement économique, mais aussi de mettre en lumière ses meilleures créations et créateurs, notamment via une remise de récompenses.

Une première cérémonie dès le premier trimestre 2020

Car au-delà de l'aspect économique, le jeu vidéo manque encore trop souvent de reconnaissance culturelle. En France, on a des prix littéraires à foison, une cérémonie annuelle pour le cinéma, sans même parler de Cannes, les Victoires de la Musique, les Molières pour le théâtre... Mais à l'exception des Ping Awards (des prix remis par un jury en marge de la Paris Games Week, le salon français du jeu vidéo), il n'existe pas de réel équivalent de la cérémonie des César pour le jeu vidéo, alors que d'autres pays ont déjà franchi le pas (la Grande-Bretagne, par exemple, attribue ses prestigieux BAFTA aux jeux vidéo depuis 2004).

Au premier trimestre 2020 aura donc lieu la première cérémonie des Pégases du Jeu Vidéo. Comme ses illustres équivalents cinématographiques ou musicaux, il s'agira d'une soirée de gala où une vingtaine de trophées seront remis, le tout retransmis en direct à la télévision. "Elle aura pour objectif de récompenser et de mettre en lumière les talents et les créations françaises", précise Julien Villedieu. "Mais aussi un certain nombre de métiers : on aura aussi bien un prix du Meilleur Jeu, que des prix récompensant l'excellence visuelle, les univers sonores, l'expérience narrative..." Là encore, comme pour le cinéma, et ce n'est pas un hasard : "le jeu vidéo est au XXIe siècle ce que le cinéma a été au XXe", soutient le délégué général du SNJV.

L'originalité ici, c'est de viser particulièrement le grand public, au-delà des fans de jeux vidéo. L'objectif est d'aboutir à "un divertissement moderne, actuel, qui correspond à l'ADN du jeu vidéo". Des discussions sont en cours avec plusieurs chaînes de télévision pour la retransmission de la cérémonie, en plus de la diffusion sur Internet.

Comment seront désignés les vainqueurs ?

À l'image des César, les Pégases seront issus d'un vote des professionnels membres de l'Académie, parmi une sélection de jeux vidéo volontaires. Le scrutin sera réalisé de manière électronique, avec un premier tour pour déterminer les nommés (5 à 7 œuvres par catégorie), et un second pour désigner les vainqueurs.

Le SNJV revendique déjà 500 académiciennes et académiciens et vise le millier d'ici la fin de l'année. Il s'agit de professionnels du jeu vidéo (salariés ou indépendants) mais aussi de personnalités à la marge de l'industrie (journalistes, enseignants, influenceurs...), rassemblés dans un "collège honoraire".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.